Intel prêt à réduire à 22 nanomètres son SoC mobile

Maj. le 17 août 2018 à 13 h 36 min

Intel espère devenir plus compétitif en 2013 avec de nouveaux procédés de fabrication qui réduisent la taille des puces de 32 à 22 nanomètres (nm) de diamètre.

Le fabricant de puces a essayé de son mieux pour entrer dans la course au marché des smartphones, avec un lot d’appareils mobiles comme que le Motorola RAZR i , mais n’a tout simplement pas vu la part de marché qu’il espérait. Un des soucis qui se pose actuellement réside surtout dans la consommation de la batterie de ses puces Atom qui n’est réellement pas à la hauteur des architectures ARM, alors que la firme affirmait, avant son lancement, que ses processeurs étaient moins énergivores que des Qualcomm.

Ce nouveau procédé, basé sur son « Trigate » est la même technologie utilisée pour ses processeurs dans les PCs de bureau, utilise des structures en trois dimensions qui permettent d’économiser l’espace et donc d’augmenter l’efficacité. Intel affirme une amélioration des performances de 65% sur sa nouvelle architecture 22nm par rapport à l’ancienne version de 32nm.

La société admet qu’elle est en retard d’environ 6 mois sur le déploiement de ses SoC, mais les analystes s’attendent à ce qu’ils deviennent disponibles dans la seconde moitié de 2013.

Même si la technologie se vérifie, Intel a encore une bataille difficile devant lui. La prochaine partie de cette équation sera sans aucun doutes de convaincre les fabriquants de smartphones et de tablettes qu’Atom est une meilleure solution que la concurrence ARM, mais aussi les consommateurs « Intel Inside » qui souhaitent continuer l’expérience au-delà de leur PC vers un smartphone ou une tablette Android.

Affaire à suivre donc, nous verrons bien quelle sera la nouvelle stratégie d’Intel pour se montrer persuasif face à l’échec cuisant de son 32nm.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !