Hypersensibilité aux ondes : premier pas timide vers une reconnaissance de la souffrance

Maj. le 28 mars 2018 à 9 h 23 min

L’hypersensibilité aux ondes vient d’être pour la première fois reconnue par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES). Si l’organisme reconnaît la souffrance des électrohypersensibles, l’agence de santé n’a pas trouvé de liens de causalité entre les ondes et la douleur des malades. Pour l’heure, l’agence sanitaire n’a trouvé aucune explication à l’hypersensibilité aux ondes.

hypersensibilité ondes

Ce mardi 27 mars 2018, après 4 ans de travail, l’Anses a publié un nouveau rapport sur l’hypersensibilité aux ondes. Selon cette étude, 5% de la population souffriraient d’hypersensibilité aux ondes. Parmi les symptômes des hypersensibles, on cite des maux de tête, des troubles du sommeil, de l’attention et de la mémoire, irritabilité, fourmillements dans les doigts, ainsi qu’une tendance à l’isolement.

L’hypersensibilité aux ondes n’a aucune preuve solide, affirme l’ANSES

En 2015, la justice française reconnaissait d’ailleurs l’électrosensibilité comme un handicap. Pour autant, cette souffrance ne serait pas directement causée par les ondes : « aucune preuve expérimentale solide ne permet actuellement d’établir un lien de causalité entre l’exposition aux champs électromagnétiques et les symptômes décrits par les personnes se déclarant EHS ».

« Il n’existe pas de critères de diagnostic de l’EHS validées à ce jour » explique le rapport de l’Anses, qui ne nie pas la souffrance des personnes hypersensibles, « les plaintes (douleurs, souffrance) formulées par les personnes se déclarant EHS (électrohypersensibilité) correspondent à une réalité vécue ». Si l’agence n’a découvert aucun lien de cause à effet entre les ondes et les symptômes, elle reconnait l’existence d’un mal : « les symptômes, qui peuvent avoir un retentissement important sur la qualité de vie de ces personnes, nécessitent et justifient une prise en charge adaptée par les acteurs des domaines sanitaire et social ». 

« Ca ne veut pas dire qu’un jour on ne découvre pas un tel lien », mais « à ce jour, les causes restent inconnues » précise Olivier Merckel, chef d’unité risques physique à l’Anses. Pour en arriver à sa conclusion, l’Anses s’est appuyé sur « de la littérature scientifique et un grand nombre d’auditions (médecins hospitaliers et généralistes, chercheurs, associations et personnes concernées) » ainsi que « plus de 500 commentaires complémentaires de scientifiques et parties prenantes intéressées ». 

Malgré les déclarations frileuses de l’Anses, les associations qui défendent les personnes victimes d’hypersensibilité aux ondes se réjouissent déjà. « C’est une avancée. On ne parle plus d’un effet nocebo exclusif », a indiqué l’association Robin des Toits. « C’est un pas dans la bonne direction. Il faut maintenant que le lien de causalité soit reconnu », tempère l’association Priartem-Electrosensibles de France. « Cet avis constitue une vraie avancée pour la prise en considération d’une pathologie émergente qui provoque beaucoup d’incompréhension et de souffrance «  ajoute Sophie Pelletier, présidente de Priartem.

« Comme pour les cigarettes et les produits chimiques avant, nous nous rendons compte que la santé de certaines personnes souffre des ondes et radiations des appareils sans fil » explique pourtant la réalisatrice d’un documentaire inédit qui prouve que les ondes causent de graves problèmes de santé. Dans le documentaire  “Generation Zapped”, elle apporte les preuves du lien entre smartphones et plusieurs maladies en faisant intervenir des scientifiques, chercheurs et physiciens.

« La réglementation s’appuie sur des normes qui ne nous protègent de rien », explique Jeanine Le Calvez de Priartem.Selon l’ONG, les ondes générées par les antennes mobiles auraient aussi un impact sur la fertilité des hommes et sur la santé des enfants en pleine croissance. « Ce qu’on vit à l’heure actuelle n’est rien par rapport à ce qui se prépare, avec la 5G, on va être inondés d’ondes » met en garde un spécialiste à l’AFP. Pour rappel, la ville de Bruxelles pourrait d’ailleurs retarder le déploiement de la 5G à causes de risques pour la santé.

Réagissez à cet article !
  • Kadok

    A chaque fois que j’entends parler d’hypersensibles, j’ai en tête cette histoire de l’antenne relais d’Orange à Saint-Cloud qui n’était pas branchée, et qui avait eu des centaines de plaintes d’hypersensibles pour maux de têtes, vomissements et douleurs depuis qu’ils avaient vu l’antenne érigée.
    Ce sont des gens qui ont un problème psychologique tout simplement.

    • Kadok

      J’ajoute aussi qu’il y a également 5% d’arachnophobes dans le monde, une peur irrationnelle avec une douleur réelle et mesurable pour les phobiques. Les ondes qui sont invisibles et peuvent faire peur me semble un très bon candidat aux phobies.

    • Hémiplégiane

      Yep, le problème c’est que pour eux cette reconnaissance c’est une acceptation de leurs soupçons…et ça, ça fait chier :/

  • diordnAi

    Oui donc c’est toujours pas une maladie réelle.
    L’ANSES a juste reconnu ça comme une maladie pour qu’on arrête de la faire chier en permanence.

  • Gomas93

    La législation française impose des règles d’exposition aux ondes électromagnétiques …
    On n’applique pas de principe de précaution s’il n’y a aucun danger …
    Pas de fumée sans feu …
    N’oubliez pas que l’épilepsie a longtemps été considéré comme une possession démoniaque, une maladie de l’esprit avant que la science ne la reconnaisse comme une pathologie cérébrale à part entière.
    Mais l’Homme est convaincu qu’il maîtrise son environnement en toutes circonstances …

    • Hémiplégiane

      C’est plutôt « dans le doute, faisons gaffe », le principe de précaution. Ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas se rendre compte qu’un truc déconne quelque part, mais ça ne veut pas dire non plus que tout ce qui y est soumis va forcément nous péter à la gueule…faut arrêter les discours alarmistes comme ça:

      – dans la batterie d’étude qui ont été menées sur l’électro-sensibilité, aucune n’est parvenue à un résultat probant
      – on sait tout ce qu’il y a à savoir sur les ondes électromagnétiques depuis Maxwell y a 150 ans
      – plus d’une génération a baigné dans les ondes depuis le développent de la radio et de la télévision et on ne constate toujours aucun trouble y étant lié (vous remarquerez d’ailleurs qu’il aura fallu attendre le développement du téléphone portable pour voir apparaitre ce trouble…alors que ce sont le mêmes fréquences qui sont utilisées)

      Bref, y a pas grand chose qui va dans ton sens…mais bon, on a rarement vu un mec avec son panneau « LA FIN EST PROCHE, L’HOMME EST ARROGANT ET S’EST DÉTOURNÉ DU DROIT CHEMIN » avancer des arguments pertinents :p

      • Gomas93

        Savoir caractériser scientifiquement quelque chose est une chose, cerner ses effets à long terme sur l’environnement en est une autre !
        Cancers, troubles du comportement et de la concentration, il y a des pathologies en augmentation depuis plus d’une génération précisément, dont les études mettent directement en cause l’exposition aux ondes.
        Ce n’était pas le meilleur exemple à choisir …

        M’enfin, ne dit-on pas que l’homme qui ignore est le premier à parler ?

        • Kadok

          Ben justement plus le temps avance, et plus le consensus scientifique se précise avec une grande majorité d’études qui ne trouvent pas de lien, et ce n’est pas faute de chercher.
          Vos fameuses quelques études qui mettent en cause les ondes se comptent sur les doigts de la main chaque année et sortent dans des revues inconnues, et celles qui ne trouvent pas sont sortent dans des revues très exigeantes, et je ne parle même pas des études qui ne sont même pas publiés car c’est pas très vendeur de publier un papier dans lequel on répète qu’on a rien trouvé.

          • Gomas93

            Le fait de ne pas trouver de lien ne prouve pas l’innocuité des ondes sur le corps vivant. C’est notoirement différent.
            C’est surtout qu’on parle beaucoup du cancer mais il n’y a pas que ça !
            Simplement, je ne cautionne pas le fait de prendre les personnes (dont je ne fais pas parti) atteintes d’hypersensibilité aux ondes pour des demeurées.

          • Kadok

            « Le fait de ne pas trouver de lien ne prouve pas l’innocuité des ondes sur le corps vivant »
            Oui mais surtout, ça ne prouve pas non plus leur nocivité, et a défaut de trouver des preuves solides, si on veut rester rationnel il n’y a pas de raison de dire que c’est nocif.
            Sinon avec ce principe, je peux très bien affirmer par exemple que manger bio est dangereux car le fait de ne pas trouver de lien avec des maladies ne prouve pas l’innocuité de bio…
            En toxicologie, on ne peut pas prouver l’innocuité de quelque chose, on peut seulement prouver la dangerosité d’une chose.
            Les personnes atteintes d’hypersensibilité, personne ne dit qu’elles sont des demeurés, on pense en revanche qu’il est plus probable qu’ils aient un problème psychologique.
            Les personnes qui ont des phobies extrêmes ça existe,les personnes psychologiquement malades ça existe, les effets nocebos, ça existe, c’est prouvé. Le fait que ces gens affirment être persuadés que leur mal est due aux ondes ne constitue en rien une preuve, même si ils sont de bonne foi.

        • Hémiplégiane

          Si t’as un lien, vers ces fameuses études qui « mettent directement en cause l’exposition aux ondes »…attention à ne pas citer celles qui se sont déjà faites démonter en bonne et due forme dans le dossier « Ondes électromagnétiques – L’argumentaire des associations passé au crible » de l’UFC – Que choisir ;)

          • Gomas93

            Tamir Aldad et Hugh S. Taylor de l’Université Yale ont mené une étude sur les troubles du comportement et de la mémoire avec un résultat sans appel sur l’implication des ondes.

            Depuis avril 2016, les normes sur le DAS ont été durcies.

            En 2016, National Toxicology Program of Cancerogenesis a publié une étude démontrant une prévalence légèrement supérieure des tumeurs cérébrales, mais a surtout noté l’apparition de lésions dans le cerveau, le coeur et l’ADN, suggérant l’implication des radiofréquences dans d’autres pathologies.

            Même année, l’ANSES reconnaît que les radiofréquences ont un effet sur le bien-être et les fonctions cognitives. Elle s’aperçoit aussi que le DAS officiel n’est parfois pas respecté, donc que les études s’appuient certainement sur des valeurs sous-évaluées par rapport à la réalité.

            En 2017, un tribunal italien a reconnu le lien de causalité entre une tumeur de l’oreille interne et l’exposition aux radiofréquences d’un téléphone portable dans un cadre normal d’utilisation, chez un homme de 57 ans (neurinome acoustique).

            En 2018, le NIH démontre qu’une exposition importante est directement liée au développement des tumeurs cardiaques chez le rat.

            Naturellement, toutes ces informations sont vérifiables et contestables avec d’autres études.
            En espérant t’avoir apporté les informations qui te faisaient défauts.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Porter plainte en ligne : premier aperçu du dispositif

Porter plainte en ligne sera bientôt possible : le dispositif fait désormais partie du projet de loi de programmation 2018-2022 et de réforme de la justice présenté par la Garde des Sceaux Nicole Belloubet en Conseil des ministres vendredi 20…

Netflix veut sa propre chaîne de salles de cinéma

Netflix réfléchirait à lancer sa propre chaîne de cinémas selon des sources citées par Los Angeles Times. Le géant du streaming était en effet en discussions pour racheter une chaîne de salles de cinémas californienne, avant de se retirer des négociations….