Google vs Hollywood : les coulisses d’une guerre invisible contre le téléchargement illégal !

Date de dernière mise à jour : le 10 avril 2016 à 19 h 17 min

Le récent piratage à grande échelle chez Sony a révélé de nombreuses indiscrétions mais la bombe du jour concerne des relations particulièrement tumultueuses entre les majors du cinéma, le grand Hollywood, et le plus célèbre des moteurs de recherches, Google. Entre les deux camps se déroule une guerre de l’ombre dont l’issue risque d’orienter bien des usages à venir du web.

Piratage chez Sony et le projet Goliath

Si le piratage de masse de Sony aux Etats-Unis a, pour le moment, surtout fait filtré quelques films et des échanges de mails liés à la production et la distribution de longs métrages, les informations parues ces derniers jours évoquent un plan de grande ampleur entre la puissante MPAA (Motion Picture Association of America) et un certain acteur du web très proche de nous.

Sur un tableau des priorités publiés chez TorrentFreak, on peut ainsi trouver une étonnante hiérarchisation du plan d’attaque contre le piratage via Internet. Le document confidentiel confirme ce que nous savions déjà, à savoir que les sites de direct download, de streaming vidéo et les hébergeurs d’applications “pirates” occupent la priorité haute de la lutte engagée par le lobby MPAA.

En seconde position, ce qui préoccupe les producteurs de Hollywood est lié à BitTorrent. Les réseaux P2P ont toujours été au centre des préoccupations des ayants-droits pour leur facilité à mettre en place un partage à grande-échelle. Enfin, en dernier lieu, les moteurs de recherche sont classés en priorité basse tout comme les sites diffusant des flux de chaines TV.

Mais pour obtenir un plat plus épicé, il faut se rendre chez The Verge qui s’intéresse à une autre correspondance entre plusieurs studios majeurs de Hollywood et un certain Goliath. Disney, Universal, Sony, Warner Bros, Fox et Paramount formeraient ainsi un conglomérat en confrontation directe contre Google (bien que jamais cité) selon les hypothèses avancées par nos confrères.

Outre certains aspects très techniques et incompréhensibles pour le commun des mortels, certains échanges de mails se font l’écho d’une stratégie inédite pour combattre le piratage. Plusieurs spécialistes juridiques et techniques auraient ainsi été sollicités afin d’initier des moyens “pour bloquer ou trouver la source du transit de fichiers partagés illégalement”, soit une sorte d’audit.

L’idée derrière cette association de six des plus gros studios mondiaux serait ainsi de faire plier Goliath afin de déréférencer tous liens déplaisants selon des critères … inconnus. On n’ose imaginer les dérives qu’un tel passe-droit permettrait à un lobby aussi important. Quoiqu’il en soit, les documents fuités de Sony évoque un budget confortable. Pas moins de 500 000 dollars en frais d’avocats et 70 000 dollars alloués à la “recherche” de preuves qui incrimineraient Goliath/Google ?

Quoiqu’on pense de cette affaire, elle aura au moins le mérite de lancer un débat. Celui de la liberté du web que certaines entreprises privées cherchent toujours plus à museler. Et vous, que pensez-vous de ces manoeuvres de l’ombre ? Pensez-vous que Google a une responsabilité dans le référencement de sites liés au piratage ?

Réagissez à cet article !
  • The Twinkle

    Le WEB doit rester ouvert et libre d’échange, Google fait son job, à savoir référencer pour aider à naviguer sur le web.
    On en revient toujours aux même, fallait y penser avant. Maintenant que le WEB est là, le partage restera. Et s’il est bridé, le WEB perdra de son intérêt, mais comment brider un tel système sans le détruire ? Est-il même destructible ?

  • Mitch63

    C’est comme une auto, elle te permet de te deplacer.

  • Rahh

    ne pas référencer les torrents sur google ne signifie pas museler internet. facebook ne veux pas de porno, et il se porte tres bien et on ne cri pas “hey liberté du web”. Chacun fait ses choix, le torrent il peut y avoir du légale mais quand il est référencé “lareinedesneiges.xvid.torrent” pas besoin d’etre ingénieur pour comprendre.
    Si on veux du torrent on trouve du torrent mais pas sur google.
    si on veux de la drogue on trouve de la drogue mais pas chez le buraliste tabac.
    C’est mon point de vu personnel.

  • fun-evil

    ils peuvent bien déréférencer tous les liens qu’ils veulent sur Google, les personnes qui téléchargent illégalement savent très bien ( pour la plupart) sur quels sites aller pour trouver le contenu qu’ils souhaitent car le contenu en lui même sera toujours présent

  • Evidement que Google est l unique et majeur responsable de cette infamie…Si certains sites de protection comme audiolock agissent inlassablement pour contrer via dcma les agissement de ces site de m**** il est evident que google aurais de maniere aisée le pouvoir technique et legal de contrer chaque simple site de telechargement illegal a echelle mondiale..Mais leur interet n es pas la protection du copyright mais le traffic generé..Youtube de son cote est la premiere source de musique illegale sur le net en offrant leur link apres 15 mns de mise en ligne et en ne protegeant JAMAIS l API ( youtube to mp3 etc etc…) Il est terrassant de constater l inertie de la cour europeenne de justice qui devrait agir de maniere drastique en fermant google et youtube en europe pour une periode indeterminée en denoncant l insupportable trust de ces societes americaines qui inventent leur propres lois pour dominer l industrie du cinema et du disque…Cela devient carrement inssuportable que youtube me paye € 0.01 pour 99347 views LEGALE…Il est temps d en finir avec ce trust mondial

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Xiaomi Mi6 : 8 choses à savoir avant de l’acheter

Le Xiaomi Mi6 est incontestablement l’un des meilleurs smartphones du moment. Mais avant de l’acheter il convient de bien identifier les avantages et les inconvénients de ce smartphone. Voici donc 8 choses à savoir avant d’acheter le Xiaomi Mi6.

0db867c80ef48b37cfaccc16066d81c3}