Google : l’Union Européenne lui réclamerait une amende de 3 milliards d’euros

Alors qu’il est déjà au centre de son attention pour abus de position dominante, la Commission Européenne pourrait réclamer une amende de 3 milliards d’euros minimum à Google des suites de son enquête sur son moteur de recherche.

Il semble que s’appeler Google équivaut automatiquement à être dans le collimateur de la justice partout dans le monde. La Commission Européenne a en effet annoncé il y a peu avoir mis en examen le développeur pour abus de position dominante sur le secteur des mobiles avec Android.

Une idée qui a également plu à l’international, puisque l’Amérique aussi a commencé à s’intéresser au sujet et pourrait faire de même. C’est toutefois une vieille procédure qui renaît aujourd’hui, et qui s’intéresse plus particulièrement au moteur de recherche de l’entreprise aux multiples visages.

En effet, selon nos confrères du journal anglais The Telegraph, la Commission Européenne s’apprêterait à poser une amende de 3 milliards d’euros contre Google pour pratique anticoncurrentielle. Celle-ci pourrait même atteindre un maximum de 6,6 milliards d’euros, correspondant à un dixième des revenus générés sur l’année par l’entreprise.

Et ce à cause de son moteur de recherche, qui était déjà sous l’oeil inquisiteur de Bruxelles depuis 2010 et dont le développeur avait déjà dû défendre les pratiques. Si ce dossier a repris du poil de la bête, c’est bien parce que l’analyse d’Android faite par la justice irait dans ce sens.

Il s’agirait là d’une amende record pour l’autorité européenne, qui pourrait chercher à faire de Google un exemple pour le reste des géants du web. Intel avait été le dernier en date à subir une amende de cette ampleur, à « seulement » 1,1 milliard d’euros.

Si cette amende était réellement appliquée, elle forcerait le développeur à revoir intégralement ses algorithmes afin de mettre ses résultats et ses compétiteurs sur un pied d’égalité. Vu l’attachement de celui-ci à ne pas modifier son système, la contestation est probable et la Cour de Justice Européenne pourrait être saisie.

La procédure devrait être officialisée dès le mois prochain. Nous suivrons bien évidemment l’affaire ici même sur Phonandroid. Celle-ci vous paraît-elle justifiée ?

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • MS y a eu droit, aucune raison que Google y échappe.

  • jejemc

    Abus de position dominante mais merde que les autres fassent fasse autant alors, mais comme n’y fout rien ba google sera toujours dominant donc la commission européenne leur fera 1 procès par an à chaque fois pour la même raison ? ridicule .

    • meDianize

      Juste pour expliquer en quelques mots pourquoi c’est puni : une entreprise en situation de position dominante à la possibilité de faire des choses que ses concurrents ne peuvent pas. Dans le cas de Google, c’est par exemple de présenter des résultats de recherche favorisant les entreprises Google à l’ensemble (quasiment) des utilisateurs d’internet, voir cacher les résultats mettant en avant la concurrence. Les concurrents aux entreprises Google ne peuvent pas faire ça. L’abus de position dominante, c’est anti-concurrentiel.

      • itachi

        Il y en a qui ne veulent pas comprendre.

      • vercety974

        Sauf que c’est pas le cas…
        Quand je tape « cloud », les deux premiers résultats sont les clouds d’orange et d’sfr et pas Google Drive.
        Quand je tape « musique », j’ai france musique, orange musique et pas play music.
        Et « Photos » ne fait pas apparaître Google Photos sur la première page.

        • Heu…

          • vercety974

            « Musique », pas « music ».

            Pour ce qui est du cloud, j’ai pas tenu compte de ce qui est dans annonce, puisque les gens scrollent généralement jusqu’aux résultats « normaux ».

          • 1- La France n’est pas le centre du monde, l’anglais est un peu la langue n°1.
            2- Que sais-tu de ce que font *les gens* ? Ton usage n’est représentatif de rien.
            3- Il n’empêche que c’est ce qui apparaît en 1er.