Google tente de calmer le jeu face à la Commission Européenne

Alors que Google est mis en analyse par la Commission Européenne pour abus de position dominante sur son système d’exploitation mobile Android, l’entreprise se veut rassurante et confiante et tente d’atténuer l’importance de la procédure.

Android est un système d’exploitation mobile assez particulier en soi : bien que l’OS en lui-même soit libre et gratuit, les applications Google qui font énormément de son intérêt ne le sont pas et sont au contraire soumises à de nombreuses conditions d’utilisation pour les constructeurs.

Conditions qui ont attiré l’oeil de la Commission Européenne qui, suite à de nombreuses plaintes et une étude avancée de celles-ci en partenariat avec diverses entreprises, a entrepris d’attaquer Google pour abus de position dominante.

Aujourd’hui, malgré les conséquences immenses que pourrait avoir cette affaire, l’entreprise américaine joue l’atténuation de ces accusations via l’un de ses représentants. Ainsi, Carlo d’Asaro Biondo, chef de la stratégie partenaire de Google Europe, a déclaré :

Nous verrons où cela nous mène. Il est normal que la Commission exerce un contrôle à la vue de l’importance d’Android en Europe.

Le représentant se veut ainsi confiant et rassurant, n’alimentant pas le feu de l’affaire mais cherchant au contraire à l’atténuer. La procédure est en effet à peine lancée, et ne conduira pas à une condamnation de suite : l’examen du dossier par Google et ses réponses apportées aux accusations seront centraux avant toute décision finale.

Carlo d’Asaro Biondo rajoute ainsi :

Nous sommes dans cette phase et verrons bien ce qu’il advient. Ce que nous essayons de faire est d’expliquer ce que nous cherchons à accomplir et quel est notre système. Nous ne sommes pas dans une phase de sanction, mais d’analyse.

Tout cela se rajoute à la première réponse de Google à la Commission Européenne, qui mettait en avant le fait que n’importe qui peut utiliser Android sans ses applications. Le représentant le rappelle par ailleurs : le Play Store est « un moyen fantastique de distribuer des applications n’étant pas de Google ».

Via AFP

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article