Google : plus que 2 semaines pour esquiver une amende à 6,7 milliards d’euros

Alors qu’il est sous les feux brûlants de la Commission Européenne pour abus de position dominante dans l’univers Android, Google a encore réussi à avoir un délai pour plaidoyer : plus que 2 semaines avant de devoir payer la coquette somme de 6,7 milliards d’euros d’amende.

Dans l’industrie high-tech, les monopoles sont bien évidemment interdits par la loi. Ce qui ne veut pas dire pour autant que quelques constructeurs font la loi sur de nombreuses start-ups s’agglutinant autour d’elles, comme c’est le cas avec Google ou encore Apple.

Le bal accueille en effet de nombreux danseurs pour peu de DJ. Une situation qui a été remarquée par la Commission Européenne, qui accusait en début d’année Google d’être en abus de position dominante concernant son système d’exploitation mobile Android.

Il avait à l’origine jusqu’au 27 juillet afin de répondre à ces accusations, mais avait réussi à négocier une période de 6 semaines supplémentaires afin de réunir les preuves nécessaires. Une période qui devait donc s’arrêter au 7 septembre…

Sauf que son plaidoyer n’a toujours pas été enregistré, Google ayant encore demandé un sursis. Celui-ci a désormais jusqu’au 27 septembre afin de fournir des preuves sur le fait qu’il ne force pas illégalement la préinstallation de ses applications sur les appareils Android.

Pour rappel, s’il ne réussissait pas à convaincre la Commission Européenne de Bruxelles de son bien-fondé, il risquerait alors une amende de 6,7 milliards d’euros. Une coquette somme, même pour une entreprise aussi massive.

Une affaire que l’on suivra de près, puisque tous les fans du système d’exploitation le savent : utiliser Android sans Google s’avère difficile, alors que l’entreprise s’attache à récupérer autant de données que possible pour les revendre à ses annonceurs.

Gageons toutefois qu’il saura s’en extirper. Après tout, il a une nouvelle fois vaincu Oracle en justice récemment, ayant réussi à prouver que son utilisation des API protégés par le droit était faite sous l’égide du fair use.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • xx-os

    « les monopoles sont bien évidemment interdits par la loi… »
    Non, c’est l’ABUS de position dominante qui est interdit, pas la position dominante

    • Matt Hieu

      Tout a fait. Interdire les monopoles n’aurait pas de sens… Ça interdirait par exemple une entreprise à lancer un nouveau produit innovant (puisque forcément, elle se retrouverait en monopole sur ce produit), ça poserait problème quand une entreprise se retire d’un marché où il n’y avait que deux concurrents, etc…

  • joe2x

    Alors si les rédacteurs font également la confusion entre position dominante et abus de position dominante, je comprends pourquoi les lecteurs font toujours abstraction.

    On s’en fou qu’une entreprise soit en position dominante. Elle l’a bien mérité.
    Par contre, ce qui n’est pas correct, c’est lorsqu’une entreprise se sert de sa position dominante pour s’imposer sur un autre secteur.

    Les concurrents ne peuvent pas profiter de cette puissance de frappe de communication. La libre concurrence n’est plus là, dès le départ, l’abus de position dominante donne un coup de boost à une entreprise de manière artificielle sans que les autres puissent le bénéficier

  • Cococomodem

    J’ai un peu de mal à tout comprendre ce qui est exactement reproché. Pourquoi ne pas reprocher à Microsoft la même chose dans l’univers Windows ou Apple dans l’univers iOs ? Ou le trésor public dans l’univers des impôts ?…

    • ouiss-ks

      Il y a eu le meme probleme avec Microsoft, ils ont été imposé de donner le choix du navigateur par defaut des la premiere utilisation de l’OS au lieu d’imposer leur navigateur a eux

      • Cococomodem

        Dans ce cas, c’est plutôt aux constructeurs qu’il faudrait demander des comptes. Ils ont le choix d’implanter ou nom les applications Google. Mon xiaomi à bien les services Google Play, mais les applications genre Gmail, YouTube, etc.. ne sont pas pré installées

        • joe2x

          Je pensais qu’ils étaient dans l’obligation justement

        • ouiss-ks

          Oui ce sont les constructeurs qui ont le choix, Google fait payer les constructeurs pour que leurs roms soient certifiées et pour qu’ils puissent mettre les service Google play et si un constructeur ne veut pas payer il ne peut simplement pas les mettre comme à fait amazon, c’est à confirmer mais moi c’est d’après ce que j’ai compris.