Google paie un impôt ridicule en Europe mais dit être « en règle »

Selon Carlo d’Asaro Biondo, vice-président Europe de Google, l’entreprise américaine s’acquitte d’un impôt de 20% seulement en moyenne pour le marché Européen, et se défend de jouer avec les règles. Au contraire, l’entreprise dit être en conformité avec toutes les législations des pays dans lesquelles elle est implantée. Et défend sa vision de l’impôt bien à elle.

Après deux perquisitions consécutives dans ses locaux à Paris et Madrid, et au lendemain de cette dernière, le vice-président de la branche Europe de Google, Carlo d’Asaro Biondo, s’est plaint de ces contrôles fiscaux en rafale. Selon lui, Google respecte les règles, et se fait même le pourfendeur d’un impôt juste payé partout où l’entreprise « créé de la valeur ». Ce qui, dans le cas de Google signifie bien évidemment les Etats-Unis.

On s’interroge une première fois : Google ne gagne-t-il pas d’argent en Europe, et notamment en France ? Dans l’hexagone, Chrome a en effet plus de 60% de parts de marché. Sa régie publicitaire englobe 90% du gâteau sur internet, et peu de gens conçoivent la navigation sur le réseau des réseau sans passer par Google.fr. Bref, on imagine les revenus de la firme très confortables.

Soudain, Carlo d’Asaro Biondo nous met le sourire au coin de la bouche :

Nous nous acquitons d’un taux global de 20%. C’est tout à fait dans la moyenne de l’OCDE

Google semble avoir trouvé une méthode magique pour payer si peu. Pour vous donner un ordre de grandeur, en France, une PME doit s’acquitter de 15% au titre de l’impôt sur les sociétés. Mais ce taux monte à 33% au-delà de 38.120 euros de bénéfices. De là, si l’entreprise génère beaucoup de bénéfices, ce taux peut grimper pour atteindre des taux sans commune mesure avec les 20% que Google affirme payer. On comprend mieux, alors, la colère des autorités.

Avant la France et l’Espagne, Google a dû reverser 157 millions d’euros à la Grande-Bretagne. L’Italie lui demande aussi 200 millions, et accuse la firme de faire de l’évasion fiscale. Loin de se démonter le vice-PDG de la branche Europe explique pourquoi l’essentiel des taxes retournent aux USA :

Là où nous payons le plus de taxes c’est là où nous créons de la valeur. Et il se trouve que là où nous créons le plus de valeur, c’est aux Etats-Unis.

Et vous, que pensez-vous de l’attitude du géant Google face à ses impôts ?

Via

   Suivez nous sur Facebook   


  • Mots-clés

Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • couzcouss

    Rien de bien nouveau quoi , comme toutes les grandes entreprises Google pratique « l’optimisation fiscale  » (modifier le terme comme bon vous semble).

    En même temps quand tu génère plusieurs milliards de bénéfices avoir un taux à 20 ou 33%, ça change pas mal de choses et ça sera toujours le jeu du chat et de la souris (on est loin du plafond de 30 120€ :D)

  • Et Total en France ?

    • Mr Patator

      Et toutes les entreprises du CAC40 ? et Apple, MS, Facebook ??

      • Certes, mais lorsqu’on accuse quelqu’un qu’il a le cul sale on s’assure avant que le notre est propre. De plus mon exemple à quelques affaires pas top niveau morale.

      • comcom

        Ça excuse pas pour autant Google, c’est pas parce que les autres le font qu’ils ne sont pas tout aussi condamnable…

    • exover

      Oui mais Total a des raffinerie en france, c’est déja beaucoup plus compliqué d’intervenir. Mais sinon tu as raison (et ce n’est pas la seul entreprise).
      J’adore parce que Google ne cherche pas trop a négocier avec la Chine, il s’écrase….

  • Kevin B.

    Ils ont raison. de toute façon l’UE envoi ce fric en Grèce qui ne savent pas le gérer

    • Mr Patator

      Encore un grand spécialiste de l’économie européenne qui exprime son avis d’un bar PMU…

  • Matt Hieu

    « Mais ce taux monte à 33% au-delà de 38.120 euros de bénéfices. De là, si l’entreprise génère beaucoup de bénéfices, ce taux peut vite grimper pour atteindre des taux sans commune mesure avec les 20% que Google affirme payer. »

    Non, 33% c’est bien le taux maximum, ça ne monte pas au delà. Si une boîte paye plus de 33% d’IS, c’est qu’il y a une erreur quelque part.

    • noname71

      Fait attention l’ami quand tu affirme quelque chose. Il existe en france une contribution sociale et/ou exeptionnelle pour certaines sociétés qui peut augmenter leurs impots. Donc une boîte peut payer plus que 33,33% d’IS dans notre pays.

      • Matt Hieu

        Merci, je suis au courant. Mais la contribution sociale, ce n’est pas l’impôt sur les sociétés (et même plus généralement, ce n’est pas un impôt, un impôt va au budget général de l’État, alors que la contribution sociale est affectée), même si son montant est calculé sur la base du montant de l’IS. Et l’article parlait bien de l’impôt sur les sociétés, pas de l’ensemble des impôts, taxes et charges sociales.

        Et même en prenant aussi la contribution exceptionnelle (qui n’existe plus depuis cette année), globalement ça reste pas énorme, c’est équivalent à environ 1% à 4% du bénéfice à payer en plus. Et ce n’est absolument pas lié au fait que l’entreprise génère beaucoup de bénéfice (c’est dès qu’on dépasse 7.6M€ (~1%, CS) ou 250M€ (~4%, CS + CE) de CA, même si on ne fait que 1000€ de bénéfice… Donc même si ces contributions étaient comptabilisées dans le taux de l’IS, parler de taux qui peut « vite grimper si l’entreprise génère beaucoup de bénéfice », ça ne serait absolument pas factuel.

      • Mr Patator

        Cette contribution sociale minime n’est pas un impôt.
        De même quand on parle d’impôts sur les sociétés, on ne mentionne pas les aides de l’état comme le CICR qui coule à flot et dont beaucoup d’entreprises profitent à tort.

  • Q

    ils ont bien raison ! rien a ajouter !

  • joe2x

    Totalement scandaleux. Les règles du jeux ne sont pas les mêmes pour toutes les entreprises. En fonction du business, tu devrais payé tant d’impôts. Le problème est le même avec Amzon.

    Aux US, il créé plus de valeur, c’est sur. Les développements sont faits labas parce qu’il y a plus de reconnaissance entre autre? Soit, du coup, au contraire les frais de leur masse salariale, devrait leur faire payer moins d’impôts avec des déductions possibles.

    Les impots devraient être en rapport avec le business fait dans le pays. Ils se font des pépéts en France, en Europe, ils payent des impots comme toutes les sociétés nationnales. Vivement cette application

    • Stef80

      Ca s’appelle de l’optimisation fiscale. Toutes les grosses entreprises le font.
      Et rien ne t’empêche de profiter du système toi aussi. Certaines règles sont très simples à mettre à son avantage, c’est vraiment con de ne pas en profiter.

  • exover

    Ben c’est simple, tant que Google n’est pas en regle, on coupe l’acces a google.
    C’est pas le seul moteur au monde, ça fera bien réfléchir google a l’endroit ou il se fait de la valeur…. perdre l’Europe ne devrait pas le déranger.

    Pas si compliqué tout de mème, pas de négociation avec les terroriste financiers :D

    • leatherface

      hahahaha hihihihihi hohohoho

    • Stef80

      Il faudrait se préparer à faire pareil avec beaucoup d’entreprises. Facebook (couper les accès), apple (interdire les ventes), Amazon (fermer le site web pour ne garder que les entrepôts), Total (ne garder que les raffineries et les stations ouvertes sans possibilité d’obtenir du brut), Steam, etc.

  • Superfigo

    Je m’en bat les c*******