Google met en avant de fausses informations dans ses « Actualités », la boulette

Google a été au coeur de la polémique hier suite à la mise en avant dans ses « Actualités » d’une fausse information. Le géant du web n’a pas vérifié la véracité des informations et a promu en premier résultat un site conspirationniste. La boulette.

Alors que Facebook est au coeur de la polémique aux Etats-Unis pour avoir toléré la diffusion d’articles mensongers à l’avantage de Trump, Google a commis également une belle boulette hier. Le géant du web a tout simplement fait figurer en premier résultat d’une recherche une fausse information provenant d’un site conspirationniste.

Hier, si vous tapiez « final election count » (« décompte final de l’élection » sur Google, le moteur de recherche numéro un au monde mettait en avant trois articles américains dans ses « Actualités ». Et le tout premier résultat, généralement le plus lu donc, faisait figurer un blog WordPress du nom de « 70 News ».

Ce dernier expliquait que Donald Trump avait remporté les votes populaires, décompte à l’appui. Sauf que cette information est complètement fausse puisque c’est bien Hilary Clinton qui a remporté le vote populaire (nombre d’américains ayant voté) même si Trump a gagné l’élection (plus grand nombre de grands électeurs).

Depuis, l’auteur du blog a mis à jour son article en expliquant qu’il avait simplement repris un tweet (sans le vérifier), tweet qui reprenait lui-même des fausses informations relayées par un site conspirationniste.

Si les fausses informations circulent à vitesse grand V sur le web, ce qui a fait sensation, c’est le fait que Google estime que l’information la plus pertinente, celle à promouvoir devant toutes les autres, était bien cette fausse information.

C’est pas nous ce sont nos algorithmes

Suite à la publication de cette bourde monumentale, nos confrères des Echos ont contacté Google. Une porte-parole du géant du web explique :

Le but de Search (les recherches Google) est de fournir aux utilisateurs les résultats les plus pertinents et utiles. Pour ce cas, nous n’avons manifestement pas réussi, mais nous travaillons continuellement à l’amélioration de nos algorithmes.

Et visiblement il y a du boulot, puisque pour la recherche « vote Trump » sur la version française de Google, un autre article polémique est mis en avant. Intitulé « Nouveaux chiffres : Trump repasse devant Clinton au vote populaire », cet article est publié par le site Dreutz.info, un site réputé pour avoir une orientation d’extrême droite. Cette même information a été démentie par Libération qui a fait les vérifications nécessaires. Deux boulettes en si peu de temps, ça commence à faire beaucoup non ?

Attentats de Paris : Facebook, Google et Twitter attaqués en justice pour avoir aidé Daesh

Au boulot !

Les problèmes d’algorithmes sont une chose, mais en attendant les internautes sont face à des informations totalement erronées. Facebook est au coeur de la polémique aux Etats-Unis, accusé d’avoir diffusé un grand nombre de fausses informations à ses presque 2 milliards d’utilisateurs.

Et Google a beau se montrer rassurant et expliquer qu’il travaille à améliorer son algorithme, il y a urgence. Et la question des algorithmes n’est qu’une excuse. Car avant de pouvoir figurer dans Google Actualités, il y a un long chemin à faire pour un site d’informations.

Il faut en effet remplir un formulaire en ligne qui en demande énormément sur la forme du média et la partie technique. Et ce sont des équipes techniques humaines qui vérifient ces informations, pas des algorithmes. Et ce sont ces équipes humaines qui décident d’intégrer ou non ces sites dans Google Actualités.

Le problème dans ce processus, c’est que la véracité et la qualité des contenus ne sont pas des critères prédominants. Voici ce que l’on peut lire dans les consignes de Google Actualités :

Les sites figurant dans Google Actualités doivent proposer en temps opportun des articles relatifs à des sujets importants ou susceptibles d’intéresser nos utilisateurs.

La seule petite mention faisant référence à la qualité du contenu indique que « les meilleurs sites d’actualités font preuve d’une compétence et d’une expertise indéniables ». Le problème majeur, c’est que Google Actualités ne fait pas la chasse aux fausses informations, mais aux articles promotionnels.

Malgré tout, soulignons tout de même que Google et Facebook ont décidé de réagir ensemble. Ainsi, les deux firmes ont promis qu’elles allaient désormais chasser de leur régie publicitaire tous les sites diffusant de fausses informations. Assez pour les dissuader ? Pas si sûr.

Google Post : et si Google Search était le prochain réseau social du géant ?

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • lehulk

    Il y a un moment où la liberté de la presse et de parole demande quand meme un peu de sérieux , de réflexion et du boulot.C est bien beau les algorithmes mais ils ne sont pas humains et ca donne de la merde en baton

  • Warthawk

    « C’est pas nous ce sont nos algorithmes »
    c’est tout ce que je voulais dire en faite. Bonne journée !

  • benjisop

    Au delà de la possibilité de balancer du fake sur Google Actualités, la véritable question à se poser est l’impact que peuvent avoir les publicités ciblées ou contenus ciblés des réseaux sociaux et des gros sites. En effet, ils peuvent amplement contribuer à l’orientation des votes dans le cadre d’une élection ou bien à renforcer quelqu’un dans ses idées (il verra toujours les mêmes sources et l’information tournée de la même manière donc ne sera pas amené à réfléchir sur ce qu’il voit).

  • Atlas

    Ce problème sera insurmontable par des algorithmes car plein de personnes elles-mêmes sont désinformées et ne fréquentent que des sites qui créent et relaient ce genre d’information donc l’algo croit que c’est une vraie information.

    Nous vivons vraiment dans une horrible période. Les gens croient que des blogs, images et vidéos youtube peuvent remplacer des journalistes professionnels tels que le New York Times. Cette méfiance envers les experts nous mène à notre perte.