Google et Facebook : l’Europe veut limiter leur capacité à vendre vos données personnelles

Date de dernière mise à jour : le 13 juin 2016 à 17 h 47 min

Les compagnies Internet telles que Facebook et Google pourraient se voir refuser plus d’autorisation sur le contrôle des données personnelles si les législateurs européens sont en faveurs d’un meilleur contrôle de la part des utilisateurs. En Europe.

Les législateurs européens veulent limiter la capacité des entreprises à utiliser mais aussi vendre vos données, telles que les habitudes de navigation sur Internet, à des sociétés de publicité, surtout quand les gens ne sont pas conscients qu’une telle utilisation est faite.

« Les utilisateurs doivent être informés de ce qui se passe avec leurs données », a déclaré Jan Philipp Albrecht, député allemand du Parlement européen, et véritable moteur de cette réforme. « Et ils doivent être capables de pouvoir être d’accord avec l’utilisation de leur données ou de la refuser. »

Albrecht, un politicien vert, prévoit d’annoncer mercredi un plan pour s’assurer que les utilisateurs des moteurs de recherche et des réseaux sociaux puissent contrôler la quantité de données qui pourront être revendues aux annonceurs.

« Nous craignons que certains aspects du rapport ne prennent pas en compte l’essor du marché numérique européen et de la réalité de l’innovation sur Internet« , a déclaré avec inquiétude Erika Mann, responsable de la politique de l’UE pour Facebook. « Le marché numérique est inévitablement de nature mondiale, et comprend des partenaires importants aux États-Unis« , a-t-elle ajouté.

La quantité de données recueillies en ligne et vendues a connu une croissance rapide. pour exemple, à l’heure actuelle, plus de 60 heures de contenu YouTube est vu chaque minute.

Les défenseurs des droits à la vie privée sur Internet aux États-Unis estiment qu’un utilisateur de Facebook peut faire gagner minimum 10 $ par an à la société en cliquant sur les annonces. Au dernier décompte, la société a déclaré qu’elle avait plus de 1 milliard d’utilisateurs. Je ne vous fais pas le calcul chers lecteurs, le chiffre d’affaire en un an est juste astronomique.

Albrecht a également indiqué que les autorités nationales pourraient être autorisées à imposer des amendes allant de 0.5 à 2% du chiffre d’affaires annuel si les sociétés agissant de la sorte sont reconnues coupables.

La venue de la règlementation sur l’utilisation des données du client intervient alors que les consommateurs semblent être de plus en plus virulents contre cette pratique et un Internet de plus en plus présent dans la vie de tous les jours, voire même intrusif à bien des égards.

L’exemple le plus récent et le plus percutant, rappelez-vous est Instagram qui a eu la malheureuse idée de changer sa politique de confidentialité envers les usagers en rajoutant un petit paragraphe qui obligeait les utilisateurs à accepter que la société ait tous les droits sur les photos mises en ligne et donc que si celle-ci les vends à des annonceurs et autres, l’utilisateur ne pourrait pas s’en défendre. C’est pourtant ce qu’il a fait. Ce que nous avons tous fait d’ailleurs, même PhonAndroid ayant certainement ajouté sa pierre en publiant un article bien salé sur cette pratique plus que douteuse. Instagram a bien entendu révisé ses Condition d’Utilisation la semaine d’après en voyant qu’environ un quart de ses utilisateurs avait quitté le navire pour se dirige vers Twitter pour la plupart.

Malheureusement, les lobbyistes ne prennent pas suffisamment en compte la vie privée des utilisateurs et leurs droits fondamentaux.

« Ils peuvent ne rien faire s’ils estiment que les raisons  sont plus impérieuses que le droit de l’individu à la vie privée« , a déclaré Joe McNamee, un défenseur de la vie privée à Bruxelles.

Albrecht a déclaré que sa réforme, qui sera présentée en Avril, aura quelques failles. En effet, elle ne pourra pas empêcher le SPAM par mail avec de sociétés qui auraient recueilli elles-même les données (inscription newsletter,…)

Que pensez-vous de ce genre de réforme ? Est-ce une bonne chose que l’Union Européenne mette un coup de pied dans la fourmilière et nous montre que Facebook et Google ont beau être des géants « intouchables », ils ne font pas pour autant la loi ?

Réagissez à cet article !
  • joe dalton

    je suis super pour

    • Pour quelles raisons ? Les avis sont toujours très intéressants et amènent au débat.

  • Léo Lam

    Ça risque d’être un peu difficile. Je crois que Google est basé aux Etats-Unis non ?

    • Basé aux États-Unis ou non, si un pays décide de le condamner, il le peut. C’est une société avant tout.

      • Léo Lam

        Ah d’accord… ^^

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
52845c43f49b38f34852ec83f90bae91IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII