Google déclasse les sites russes RT et Sputnik, une forme de censure?

Google a pris une décision radicale et va déclasser les sites russes RT et Sputnik sur son moteur de recherche, a annoncé Eric Schmidt. Ils seront donc moins visibles aux yeux des internautes. Les deux médias sont accusés de propager des fake news et d’agir sur ordre du Kremlin. Ils auraient notamment influencé la campagne présidentielles américaine.

sputnik rt google

Google a décidé de déclasser les sites web de Sputnik et RT (Russia Today) sur son moteur de recherche. Ils apparaîtront ainsi bien moins haut dans les résultats de recherche des internautes, ce qui impactera directement leur fréquentation. Les deux médias sont financés par le gouvernement russe et sont accusés d’avoir d’avoir propagé des fake news pour servir la propagande du Kremlin. D’après des enquêtes du Renseignement américain, Sputnik et RT ont directement influencé la campagne présidentielle américaine en diffusant leur propagande.

RT et Sputnik déclassés sur Google

« Nous travaillons à la détection de ce genre de scénario… et au déclassement de ce genre de sites », a déclaré Eric Schmidt, Président exécutif d’Alphabet, la maison-mère de Google. « Nous sommes bien conscients (de la situation) et nous essayons de concevoir des systèmes pour l’empêcher ». Selon Schmidt, il est possible de combattre de tels médias sur le web car leur stratégie de désinformation est basée sur « l’amplification d’un message » qui est « répété, faux, abusif et instrumentalisé ». Or, « ces schémas peuvent être détectés et retirés ou dépriorisés ». Il a par contre exclu de bannir les deux sites de Google. « Je ne suis vraiment pas en faveur de faire ça, je préfère influer sur le ranking », explique-t-il.

Une explication qui n’a pas plu à Margarita Simonyan, rédactrice en chef de RT. « C’est bien d’avoir la déclaration de Google qui défie toute logique et raison. Les faits ne sont pas autorisés s’ils proviennent de RT, parce que c’est la Russie. Même Google a déclaré devant le Congrès américain qu’ils n’avaient trouvé ni manipulation de leur plateforme ou violation de leur politique d’utilisation par RT », s’insurge-t-elle. Même son de cloche pour le professeur américain Dan Kovalik. « C’est une forme de censure. L’objectif est d’éloigner les lecteurs du contenu de RT. Cela affectera le discours public aux États-Unis. Quand quelqu’un commence à être censuré, tout le monde finit par y être exposé. Je crois que tout le monde aux États-Unis devrait être indigné et extrêmement inquiet », réagit-il auprès de RT lui-même.

Cette réaction de Google intervient après les mesures prises par Facebook et Twitter, qui avaient déjà constaté des irrégularités concernant RT et Sputnik. Facebook avait avoué que des dizaines de milliers d’Américains avaient été touché par la propagande russe sur son réseau social durant la campagne présidentielle. Il va lancer avant la fin de l’année un outil permettant aux utilisateurs de savoir s’ils ont suivi entre janvier 2015 et août 2017 des comptes Facebook ou Instagram liés à la propagande russe. De son côté, Twitter a décidé d’empêcher les deux médias de sponsoriser des contenus, c’est à dire de les mettre en avant sur le réseau social moyennant finance.

Réagissez à cet article !
  • Alex95sang

    S’ils finissent sur la deuxième page de recherche Google, plus personne ne tombera dessus

  • lemaitre

    Excellente décision. Des personnes qui s’en nourissent du malheur des autres et travaillent pour une entreprise Poutine qui ne cherche qu’à foutre un peu plus la merde.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !