Google assure qu’il n’y pas d’inégalités salariales entre les hommes et les femmes

Pour répondre à la polémique sur la pratique d’écarts salariaux entre hommes et femmes, Google s’efforce d’expliquer et d’assurer une certaine transparence dans sa politique salariale. Au delà des accusations, c’est l’image de l’entreprise qui est ternie alors qu’elle était pourtant populaire jusqu’à présent et connue pour prendre soin de ses employés.

Google contre-attaque sur sa politique salariale

 

Accusée de discrimination salariale entre les hommes et les femmes par le Département du Travail des Etats-Unis, la firme Google, qui ne partage pas cet avis, entend bien lancer une contre offensive. Comme nous l’affirmions hier, Google dénonce un manque de méthode de la part des services fédéraux, qui n’auraient pas engagés de discussion avec la firme en amont.

Effort de transparence

Si l’on en croit nos confrère de numerama.com, Google affirme proposer « chaque année (…), un montant pour la nouvelle rémunération de chaque salarié en fonction du rôle, du niveau d’emploi, du lieu de travail et des notes de performances actuelles et récentes ». Google considère qu’à aucun moment le sexe de la personne n’est pris en compte. L’entreprise affirme utiliser un modèle d’équité salariale en quatre phases et les responsables en charge du calcul de la paie ne disposeraient d’aucune information sur le sexe de l’employé.

Google annonce également posséder des outils permettant de procéder à des ajustements. Un examen des employés situés dans les mêmes catégories d’emplois serait effectuée. Et une analyse sur leur rémunération serait ensuite mis en place. Si un écart statistique est notable, le modèle serait capable de l’ajuster et de vérifier que l’ajustement ne provoque pas de différence salariale significative en fonction du sexe.

Google effectue ses comparaisons entre salariés pour l’exécution de tâches similaires, occupation d’un même poste et même niveau de qualification. De cette manière, aucun écart de salaire ne serait identifié à partir de ces critères. Si la firme tente de rassurer et procède à un effort pédagogique sur ses méthodes, il ne reste plus qu’à déterminer les suites que souhaite donner le Département du travail américain à cette affaire, ce dernier ayant déposé une plainte contre Google.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !