Google: Android bientôt visé par une plainte de la Commission Européenne ?

Maj. le 8 mars 2018 à 15 h 29 min

Que ce soit à cause de Street View, de l’optimisation fiscale ou encore de la position dominante de son moteur de recherche, Google est depuis longtemps dans le collimateur des régulateurs de l’Union Européenne. Evidemment, c’était jusqu’ici ce dernier point qui posait le plus problème, tant Google est devenu incontournable en la matière.

Google
La commission européenne a une fois de plus Google dans le collimateur.

Saviez-vous par exemple qu’en 2012, en France, 94% des requêtes de recherche sur internet étaient passées par Google, selon les chiffres du Journal du Net. Les « autres », c’est à dire Bing, Yahoo, Ask, et Orange Search se partageaient le maigre 2% restant. La situation varie toutefois d’un pays à l’autre, puisque, selon la même source, dans le monde, la part de marché du moteur de recherche est de 65,2% des requêtes, suivi de très très loin par son concurrent chinois Baidu (8,2% en 2012).

Mais désormais, tous les yeux se tournent vers Android, puisque le système d’exploitation de Google s’est lui aussi taillé au fil des années une importante part de marché, qui flirte aujourd’hui avec les 70% de parts de marché en Union Européenne, et notamment dans les 5 pays européens dont le poids économique est le plus important: Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie et Espagne.

Ainsi, selon Re/Code, la Commission Européenne multiplierait depuis quelques années le nombre d’enquêtes visant les constructeurs qui travaillent avec Android. Il s’agit pour l’heure de faire remplir à ces entreprises des questionnaires, pour savoir, par exemple, si Google leur avait demandé par écrit ou oralement, de ne pas préinstaller des applications, produits ou services sur leurs terminaux mobiles qui entreraient en compétition avec ses propres solutions.

Les soupçons se concentrent par exemple autour du moteur de recherche par défaut, de Google Play ou encore de Google Maps. La Commission Européenne les oblige ainsi à fournir des documents depuis au moins 2007, ce qui suggère que le commissaires souhaitent savoir s’il s’agit d’une stratégie de fond orchestrée par la firme depuis longtemps.

Les entreprises concernées ont jusqu’à septembre pour répondre à une quarantaine de questions de ce type – bien évidemment, mentir ou dissimuler des documents pourraient valoir à leur responsables de lourdes peines. Evidemment, cette enquête pourrait compliquer la stratégie d’expansion de Google dans un marché qui lui est vital: la firme y a fait 30 milliards de recettes publicitaires en 2013.

En septembre, donc, dès que ces questionnaires et les pièces qui l’accompagnent seront entièrement collectées, une action en justice de la Commission Européenne devrait donc mener une action anti-trust contre Google et système d’exploitation Android. De leur côté, des entreprises telles que Samsung et LG Electronics pourraient bénéficier d’une décision leur permettant d’installer leurs applications à la place ou à côté de celles développées par Google.

Quoi qu’il en soit, selon le site Re/Code, Google devrait faire en sorte que cette affaire se règle le plus rapidement possible – la firme de Mountain View pourrait tenter d’obtenir un règlement à l’amiable afin de ne pas perdre de temps, dans un marché en constante évolution.

Via

 

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Android 9.0 Pie : la liste des smartphones compatibles

Android P 9.0 est disponible sous la forme d’une version Developer Preview. Sa sortie est prévue pour le troisième trimestre 2018, certainement en août. Retrouvez ici la liste de tous les smartphones compatibles Android P 9.0.