French Tech : Fleur Pellerin donne le coup d’envoi d’un projet plein d’ambitions

Maj. le 20 mars 2015 à 10 h 23 min

Vous en avez peut-être entendu parler cette semaine, aperçu ce logo original ou cette appellation sans savoir à quoi cela correspondait. Essayons ensemble de présenter cette initiative. Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Innovation, aux PME et à l’Économie numérique, a présenté ce mercredi 29 janvier ses vœux à la « French Tech » tout en dévoilant son logo et le site dédié.

L ‘économie numérique a une place prépondérante au sein de notre économie, et ce depuis de nombreuses années désormais. Après la révolution internet, une nouvelle révolution technologique est en passe de se produire et elle concerne notamment les objets connectés. Voila pourquoi Fleur Pellerin a présenté en fin d’année dernière le projet  » French Tech « , projet officiellement lancé ce 29 janvier dont l’objectif est de « construire un mouvement de mobilisation collective pour la croissance et le rayonnement international des start-up françaises du numérique ».

fleur pelerin french tech

Pleine d’ambitions, la ministre espère concurrencer les places fortes des start-up telles que la Californie ou Israel. La labellisation des métropoles, l’accélération de la croissance de start-up et une nouvelle identité correspondent aux grandes lignes de la French Tech. En d’autres termes, il s’agit de favoriser la croissance des start-up, augmenter leur visibilité pour à terme disposer d’un rayonnement mondial.

Pour appuyer son propos, Mme Pellerin a pris soin de rappeler certains exemples de réussites  » made in France «  : l’achat de Neolane par Adobe pour 600 millions de dollars, l’introduction de Crité au Nasdaq ou encore la 4ème place de Bertand Nahum au classement Forbes des innovateurs les plus révolutionnaires du monde. Quelques formulations bien senties étaient également au rendez-vous telles que « start-up nation » ou « start-up république ».

Le projet « French Tech » officiellement lancé

Les métropoles intéressées par le projet peuvent demander leur labellisation  » Métropole French Tech «  mais devront s’engager à respecter un cahier des charges précis :

  • une stratégie ambitieuse de développement d’un écosystème
  • une mobilisation et une fédération des acteurs du territoire autour d’une stratégie commune
  • un développement de programmes opérationnels au service de la croissance et de la visibilité des PME innovantes
  • une identification et un développement d’un ou de plusieurs espaces urbains, dont un bâtiment-totem, et des infrastructures favorables au développement des start-up

Pas de date limite pour les candidatures mais on sait d’ores et déjà que Paris, Lyon, Grenoble, Marseille, Nancy et surtout Montpellier sont intéressés par cette labellisation qui se traduit par la suite par un soutien financier. La  » French Tech  » n’est pas seulement un projet mais c’est également un logo, pour le moins réussi, et un site internet dédié où l’on retrouve toutes les informations relatives au projet.

logo french tech

Bien qu’il existe encore de nombreux Français réticents aux nouvelles technologies, les récentes attaques à l’encontre d’Orange et de Yahoo ne vont pas les rassurer, on ne peut qu’encourager une telle initiative. A l’heure où le moral des ménages français reste bas, où la cote de popularité de notre président est historiquement faible et la crise toujours présente, on espère qu’un tel projet permettra à la France de ne pas rater ce virage technologique. Que pensez-vous de la  » French Tech  » ? La France peut-elle devenir une place forte mondiale en terme de start-up ?

Via

Réagissez à cet article !
  • Pierre Tran

    Tiens, pourquoi j’ai l’impression que les photos de cet article proviennent tout droit de mon appareil photo (et de mon article) ?

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Droits Ligue 1 : Facebook et Amazon pourraient diffuser les matchs

Et si les futurs OM-PSG étaient diffusés sur Amazon Prime Video ou Facebook ? Les deux géants américains se sont montrés intéressés par les droits de diffusion de la Ligue 1 auprès de la LFP. Formuleront-ils une proposition lors de l’appel d’offres ?