Et si Free était le grand gagnant du mariage Orange-Bouygues ?

Maj. le 22 février 2018 à 11 h 01 min

Alors que Bouygues et Orange sont en pleines discussions pour conclure leur mariage, le grand gagnant de l’opération de rachat pourrait bien être Free Mobile. C’est en tout cas ce que s’accordent à dire les analystes. Explications.

free grand gagnant mariage orange bouygues

Le rachat de Bouygues Telecom par Orange ne va pas être une partie de plaisir. Si les deux opérateurs sont en pleines discussions, ce ne seront finalement pas eux qui auront le dernier mot. Car selon les experts, pour que l’accord soit définitivement conclu, il faudra que Free accepte de racheter certains actifs à Orange.

Iliad (maison-mère de Free, NDLR) ont clairement le choix du roi, ils décident si le +deal+ peut se faire ou non. Qu’ils refusent de racheter certains actifs et c’est l’ensemble de l’accord qui tombe à l’eau. – Stéphane Dubreuil, président de Stallych Consulting, à l’AFP –

En effet, pour que l’accord entre Orange et Bouygues soit validé il faut que l’Autorité de la Concurrence et l’Etat soient satisfaits du deal. Et pour qu’ils soient satisfaits il faut que les deux opérateurs veillent à ne pas provoquer de licenciements massifs et surtout qu’ils n’occupent pas une position archi-dominante à l’issue de la signature de ces accords.

Ainsi, le seul moyen pour qu’un certain équilibre soit trouvé, c’est que Free soit prêt à payer pour obtenir une partie du réseau de Bouygues Telecom, ainsi qu’une partie des boutiques de l’opérateur. Mais rien ne dit que Xavier Niel acceptera de payer plus de 1,8 milliards d’euros, somme qu’il aurait été prêt à payer à l’époque où SFR envisageait de racheter Bouygues Telecom.

Free se retrouve à la place rêvée. Car s’il accepte de faire partie du deal alors « ce serait environ deux ans de gagnés sur la 4G, sans doute plus sur la 3G, pour laquelle ils sont bien plus en retard. Et puis cela leur permettrait d’arrêter le contrat d’itinérance avec Orange, ce qui compenserait une partie de la somme investie pour récupérer le réseau de Bouygues Telecom » explique Sylvain Chevallier, spécialiste des télécoms et associé chez BearingPoint.

Pour le réseau et les fréquences de Bouygues Telecom, Free aurait donc tout intérêt à aller dans le sens de Bouygues et Orange. En revanche, les choses pourraient coincer au niveau du réseau de boutiques de Bouygues.

Car la stratégie de Free ne passe pas par des boutiques physiques. L’opérateur en a bien quelques unes mais ce ne sont pas des boutiques de ventes physiques comme peut en avoir Bouygues Telecom. Chez Free, les boutiques sont plus des vitrines que des points de vente.

Tout repose sur la décision de Free

Ainsi, Free pourrait donc ne pas favoriser le mariage Orange-Bouygues si les deux opérateurs font des boutiques un enjeu important. Car si sur le terrain des fréquences, Free gagnerait énormément de temps en rachetant le réseau de Bouygues, ce n’est pas non plus indispensable pour lui.

En effet, le retard de Free par rapport à la concurrence n’est plus aussi important qu’auparavant. Le quatrième opérateur a considérablement avancé ces derniers mois sur le déploiement de sa 4G à tel point qu’il a distancé SFR.

Ainsi obtenir le réseau de Bouygues n’est pas indispensable pour Free même si cela représenterait un gain de temps. Disons qu’Orange ne peut pas faire valoir cet argument pour faire pression sur Free.

Par ailleurs, Free a réussi à s’octroyer 15% de Telecom Italia cette année, opérateur italien qui est la cible d’Orange également afin de devenir l’un des opérateurs majeurs en Europe avec Deutsche Telekom et l’espagnol Telefonica.

Ainsi, Xavier Niel pourrait faire peser ces 15% sur la balance pour servir de monnaie d’échange. Finalement, Free serait le grand gagnant de l’opération de rachat de Bouygues Telecom par Orange. Et paradoxalement c’est Orange qui serait le grand perdant.

Car selon Stéphane Dubreuil, « le groupe devra à la fois gérer la question sociale et la revente à la découpe de Bouygues Telecom, sans aucun avantage si ce n’est l’élimination d’un concurrent (ce qui) est faible au final ».

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !