François Hollande dresse la liste des « nouvelles menaces d’internet »

Maj. le 10 avril 2016 à 13 h 52 min

De nouveau invité à un dîner du CRIF, avant-hier soir, le Président de la république, François Hollande, revenait une fois encore sur les problèmes d’antisémitisme et de discrimination sur la toile pour faire la liste ce qu’il appelle les « nouvelles menaces d’internet » tout en précisant que ce n’était pas l’outil qui était à remettre en cause mais l’utilisation qui en était faite.

Posant dés le départ le postulat que l’internet peut-être un « outil merveilleux de diffusion et d’échange », il a alors rappelé qu’il pouvait également servir de « déversoir à l’intolérance, à l’injure et à l’endoctrinement » avant de verbaliser ensuite ces fameuses menaces que représentent le web :

La multiplication, c’est le déversement, c’est la diffusion à un niveau jusque là jamais atteint de mensonges et d’insultes.

François Hollande internet
François Hollande s’exprime sur les « nouvelles menaces » du net

Pour François Hollande, ce n’est pas internet qui est en cause mais son utilisation

Tout problème ayant une solution, François Hollande est alors revenu sur les mesures qu’il comptait mettre en place pour lutter contre la cybercriminalité et précisant que s’il était possible de lutter contre la diffusion d’images pédophiles sur les réseaux sociaux en dépit du fait que ceux-ci sont, la plupart du temps, hébergés aux Etats-Unis, il était également possible d’en faire de même pour stopper la prolifération des propos racistes.

Un discours de François Hollande dans la même veine que les deux précédents qui pointaient du doigt l’anonymat du net et la tranquilité de l’anonymat du net qui se conclue d’ailleurs sur la même note, celle de « ne pas céder à la facilité d’isoler systématiquement le numérique dans la législation ».

Point sur lequel le Conseil national du Numérique émet quelques craintes vis-à-vis de la liberté d’expression. Reste donc à attendre les conclusions que pourra apporter le groupe de travail sur la cybercriminalité, initialement attendues pour le mois de février puis finalement reportées à fin mars. Et qui devraient entrer dans le cadre du « Projet de loi numérique ».

Via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !