Le fondateur de Megaupload se lance dans la politique avec l’Internet Party !

Date de dernière mise à jour : le 10 avril 2016 à 13 h 57 min

Vous n’êtes pas sans savoir que nous sommes en période d’entre-deux-tours des élections municipales en France. Face au taux d’abstention record du premier tour, il parait judicieux de rappeler que c’est de notre devoir de citoyen d’aller voter. Rassurez-vous, je ne vous ennuierai pas davantage avec cela et ce qui vient est nettement plus original. En effet, l’ancien fondateur de Megaupload, Kim Doctom, vient de se lancer dans la politique en Nouvelle-Zélande avec son parti, baptisé Internet Party.

le fondateur de megaupload se lance dans la politique

Non, ce n’est ni une fête dédiée à Internet ni une blague. L’Internet Party est bel et bien réel et, aussi étonnant que cela puisse paraitre, ses arguments ont de quoi interpeller / séduire. Présenté par Kim Doctom (Kim Schmitz de son vrai nom, “dotcom” signifie “point com” ou “.com”) comme le “nouveau parti politique dont la Nouvelle-Zélande a besoin”, l’Internet Party lutte pour un accès plus rapide et moins onéreux au web mais pas seulement.

Kim Doctom, fondateur de Megaupload, lance officiellement son parti politique : l’Internet Party !

L’un des principaux chevaux de bataille de ce nouveau partie est la “protection de la vie privée et des droits face à l’intrusion des gouvernements”, dans l’ère du temps comme on dit (Apple, Yahoo, Microsoft et Google peuvent lire vos emails par exemple). Amateur de provocations, le controversé fondateur de Megaupload s’offre même le soutien d’un faux Barack Obama. “C’est un mouvement destiné à ceux qui se préoccupent de l’avenir numérique et qui souhaitent une société ouverte, libre et équitable”, déclare Kim Doctom.

Kim Doctom va plus loin en estimant que les “politiciens sont complètement déconnectés de la réalité” et que son parti politique conviendra à tous “ceux qui ont été déçus par les élections ou qui ne se reconnaissent pas dans l’offre politique”. Apparemment, cela fonctionne puisque les admissions seraient impressionnantes (les admissions sont possibles par internet, cela va sans dire).

Afin d’être tout à fait complet, notons que Kim Doctom est en liberté surveillée depuis 2012 et lutte contre une demande d’extradition souhaitée par les Etats-Unis. Il ne pourra par ailleurs pas se présenter lui-même aux prochaines élections législatives de septembre puisqu’il ne dispose pas de la citoyenneté néo-zélandaise (il est né en Allemagne).

A l’heure où les grands partis politiques déçoivent de plus en plus de citoyens à travers le monde, ce genre d’alternative a de quoi séduire, a fortiori depuis le scandale NSA (la NSA peut écouter 100% des conversations d’un pays entier) mais également depuis l’annonce selon laquelle Orange aurait aidé la DGSE. Reste à savoir si le programme global et les compétences des candidats seront à la hauteur. Partagez votre opinion à ce sujet ! Une alternative de ce genre vous intéresserait-elle ?

Via

Réagissez à cet article !
  • Yohan

    Il ne fera sûrement pas pire que nos “grands” partis français..!

    • Kevin.J

      à ce point là ?

  • Guillaume

    Il y a déja le Parti Pirate sur un créneau similaire, dans le monde entier (en France entres autres)

    • Kevin.J

      c’est exact, mais son succès est tout relatif (en France notamment). Celui de Kim Dotcom semble séduire de nombreux citoyens néo-zélandais !

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
nRansomware : ce logiciel malveillant demande des photos de vous nu, prudence !

Un logiciel malveillant du nom de nRansomware vient d’être repéré sur le site VirusTotal. Celui-ci demande aux utilisateurs d’envoyer plusieurs photos d’eux nu s’ils veulent que leur ordinateur soit débloqué et ce, après qu’ils aient envoyé un mail depuis la messagerie chiffrée ProtonMail. Prudence !

5G : tout ce qu’il faut savoir sur le réseau du futur

La 5G, on en entend parler de plus en plus. Ce réseau du futur, tous les industriels y croient. Il permettra de nous faire vivre dans un monde ultra-connecté où les voitures se déplaceront en toute autonomie. Entre autre.

96b1af0aa3452176c0ba1698c15a882dJJJJ