Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft s’engagent contre les discours de haine

La Commission Européenne, basée à Bruxelles, aura eu gain de cause : Facebook, Twitter, Youtube et Microsoft sont autant d’acteurs majeurs de l’industrie high-tech qui se sont engagés aujourd’hui à combattre les discours de haine sur leurs réseaux.

Les réseaux sociaux sont des outils formidables. Grâce à eux, il nous aura été possible de concentrer tout le contenu que nos amis les plus intéressants créent et partagent dans un même lieu, nous permettant de ne rien rater de leurs esprits créatifs.

Mais c’est aussi une place sur laquelle les discours de haine ont souvent tristement lieu : incitation à la haine de son prochain, au racisme, voir même à la violence et au suicide ne sont que trop courantes sur internet de nos jours.

A cela, la Commission Européenne veut mettre un terme. Et aujourd’hui, 4 des plus grands acteurs des réseaux sociaux que sont Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft se sont engagés à combattre activement les discours de haine sur leurs plateformes.

En suivant les nouvelles directives de Bruxelles, ceux-ci se sont engagés à supprimer ou rendre a minima indisponibles les discours à caractère xénophobe et discriminatoire sous moins de 24 heures une fois ceux-ci signalés par leurs communautés respectives.

Une belle avancée lorsque l’on sait que Facebook par exemple a la main lourde sur la censure des contenus à caractère pornographique mais a des difficultés à lever même le petit doigt pour des vidéos de propagandes terroristes.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que ces acteurs ont été pointés du doigt pour les mêmes raisons : Facebook, Twitter et YouTube ont récemment été attaqués en justice pour racisme du fait de leur passivité sur la question.

Et puis, il y a aussi les hackers citoyens qui luttent activement contre ces contenus en dehors du cadre légal… De quoi bien nous rappeler qu’il s’agit d’un véritable problème, qui doit trouver rapidement sa solution.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article