Facebook : sexe, violence, comment est gérée la modération des contenus sensibles ?

Considéré comme l’un des n°1 dans le monde, Facebook est le réseau social où chacun peut y partager le contenu de son choix. Une liberté d’action quasi-totale qui s’articule bien souvent par des publications en lien avec des thèmes sensibles comme la pornographie, le terrorisme, la violence, etc. Le journal The Guardian s’est justement intéressé sur la manière dont sont traités ces problèmes au sein de Facebook.

facebook supprime 30000 comptes votants

Mise à jour : suite à la publication de notre article, Facebook a apporté une réponse officielle. Vous trouverez cette déclaration en fin d’article.

Totalisant plus d’1,23 milliard d’utilisateurs actifs chaque jour au 31 décembre 2016 (contre 431 millions en 2010), Facebook fait office de poids lourd dans l’univers des réseaux sociaux. L’un des leaders même aux côtés de YouTube ou WhatsApp pour ne citer qu’eux.

Le bébé de Mark Zuckerberg reste très prisé des utilisateurs, qui peuvent publier vidéos, images et textes de leur choix à tout moment de la journée. C’est justement ça le réel souci de Facebook à l’heure actuelle, qui laisse libre cours à chacun de poster ce dont il a envie. Ce qui a de quoi inquiéter à l’heure où la lutte contre les contenus à caractère sexuels, terroristes ou encore haineux, s’intensifie.

Bien entendu, Facebook a le contrôle de la situation et tente de garantir une certaine sécurité en supprimant aussi rapidement que possible les publications “inappropriées” de ce type. Á une certaine échelle tout du moins ! C’est ce qu’évoque justement le journal The Guardian, qui prend soin de citer certaines directives prises en interne par Facebook.

Facebook examine plus de 6,5 millions de comptes fake par semaine

Les documents révélés par The Guardian, à savoir feuilles de calcul, organigrammes, … tendent à démontrer comment Facebook gère cette situation à la fois complexe mais aussi capitale pour la sécurité des milliards d’utilisateurs à travers la planète.

Un défi de taille pour les équipes internes, qui selon les rapports en question, analysent plus de 6,5 millions de comptes fake chaque semaine et ont pour priorité de déceler et supprimer tous contenus à caractères pornographiques, terroristes, racistes ainsi que ceux incitant à la haine.

La situation est également difficilement gérable du côté des modérateurs, qui ne disposent parfois que de « seulement 10 secondes » pour prendre une décision. Ceci, à cause d’un volume de travail trop conséquent et qui résulte d’un réseau social devenu trop grand en un laps de temps beaucoup trop court.

Bien que les décisions soient prises avec la plus grande fermeté de la part de Facebook, ces problèmes de gestion de publication de contenus inappropriés pèsent sur les épaules du réseau social. Á voir dans un futur proche comment certaines incohérences seront gérées et si cette politique de “totale-liberté” sera revue ou non par Mark Zuckerberg et ses équipes.

« Notre priorité est de garantir la sécurité des personnes sur Facebook. Nous travaillons sans relâche pour que Facebook soit le plus sûr possible, tout en garantissant la liberté d’expression. Cela requiert beaucoup de réflexion autour de questions pointues et difficiles, et nous prenons très au sérieux le fait de le faire correctement. Mark Zuckerberg a récemment annoncé que nous allons ajouter 3 000 personnes à nos équipes de modération – qui s’ajoutent aux 4 500 personnes qui composent cette équipe aujourd’hui – pour examiner les millions de signalements que nous recevons chaque semaine, et pour améliorer le mode opératoire pour agir le plus rapidement possible. En complément du renforcement de nos équipes, nous sommes également en train de construire de meilleurs outils pour garantir la sécurité de notre communauté. Nous allons simplifier le signalement des problèmes, accélérer la réponse de nos équipes sur les publications qui ne respectent pas nos standards et faciliter le contact avec les autorités si quelqu’un a besoin d’aide. »

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Honor 6A vs Moto e4 : lequel choisir pour la rentrée 2017 ?

Le Honor 6A et le Moto e4 sont deux smartphones proposés à 170 euros. Les cibles sont les jeunes adolescents en quête de leur premier smartphone. Les deux terminaux proposent un bon rapport qualité-prix, mais lequel est le meilleur ? Réponse dans notre comparatif complet.

Hebdroid : T411 tout beau, la Nintendo Switch se plie, Trump se fait Amazon

Comme chaque semaine l’Hebdroid rassemble les meilleures actualités de la semaine, le bendgate de la Nintendo Switch, Trump fait perdre 6 milliards à Amazon et T411 et tout neuf tout beau après un ravalement de façade. C’est une semaine particulièrement chaude en plein mois d’août, voici le résumé de la semaine.

40be70c8a7e0df8b596a7abde1467b68yyy