Facebook : Mark Zuckerberg nie toute manipulation de l’info, « il n’y a aucune preuve »

Hier, des anciens employés de Facebook révélaient que le réseau social manipulait l’information pour orienter sa ligne éditoriale. Un scandale aux Etats-Unis. Aujourd’hui, Mark Zuckerberg s’est exprimé. Pour lui, « il n’y a aucune preuve ».

L’affaire est un véritable scandale aux Etats-Unis à tel point qu’elle a été baptisée « Trendinggate ». Pour rappel, hier, des anciens employés de Facebook ont révélé que le réseau social manipulait l’information. Dans la rubrique « Trending Topics » (contenus les plus populaires du réseau), les contenus qui devraient être filtrés par un algorithme sont en fait également contrôlés par une équipe entière d’employés.

Ces derniers s’assurent qu’une certaine ligne éditoriale est respectée. Mais pour cela, ils censurent certains propos de personnalités ou de certaines entreprises, associations etc. La polémique a enflé Outre-Atlantique et a pris un véritable tournant politique puisque Facebook filtrerait les contenus de certains hommes politiques républicains. Aujourd’hui, Mark Zuckerberg a fini par s’exprimer.

Nous prenons ces accusations très au sérieux et nous menons une enquête pour vérifier que nos équipent s’assurent de l’intégrité de ce service. Nous n’avons trouvé aucune preuve que ces accusations sont exactes. Si nous trouvons n’importe quel élément allant à l’encontre de nos principes, je m’engage à prendre des mesures supplémentaires pour y remédier. – Mark Zuckerberg –

Rien de surprenant à ce stade. Mark Zuckerberg fait l’homme surpris et dit mener l’enquête. Mais pour l’instant « il n’y a aucune preuve ». Et d’ajouter qu’il est prêt à accueillir les dirigeants conservateurs pour discuter de ce problème :

(Dans les semaines à venir) j’inviterai les leaders conservateurs et les personnes de tout le spectre politique à parler avec moi de ce sujet et à partager leurs points de vue. Je veux avoir une conversation directe sur ce que Facebook représente et comment nous pouvons être sûr que notre plate-forme reste aussi ouverte que possible. – Mark Zuckerberg –

Pour le moment, aucune réaction n’a été communiquée suite à l’invitation de Mark Zuckerberg. Si ses paroles ont sans doute apaiser la polémique, Facebook risque de rester dans la tourmente encore quelques temps.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Jonathan Simon

    « prouvez le, en attendant je suis innocent »

    • Shadoxas

      Il a totalement raison, en droit on cherche des faits, donc preuve ! Et dans le cas contraire, l’accusé est innocent, sur internet il suffit qu’un pelo crie un truc tout haut pour que tout le monde se mette à le croire….des ANCIENS employés, ça sent la vengeance pour avoir été mis à la porte, puis bon Facebook n’est pas tout blanc et on le sait mais accuser sans preuve c’est moyen

      • Gazeka74

        Sauf erreur de ma part, le système est different aux états-unis d’ici, meme si sur le fond tu as raison.

  • bibousiq

    Dire qu’il n’y a pas de preuve et nier sont pour moi deux choses différentes.

  • Birdy

    Apaisé et non pas apaiseR