Facebook : les « j’aime » révèlent plus que vous ne le croyez sur vous !

Maj. le 8 février 2017 à 15 h 28 min

L’un des fondements de Facebook pourrait bien être le fameux « J’aime ». Chaque utilisateur du réseau social a ainsi la possibilité de marquer son approbation à un contenu en l’aimant. Le gimmick est probablement l’une des raisons d’un succès aussi rapide. Mais ce que nous ne savions pas, c’est qu’un simple « j’aime » en dit beaucoup sur nous-même.

L’étude effectuée par des chercheurs de l’Université de Stanford et de Cambridge démontre combien il est facile de dresser un portrait des principaux traits d’un internaute en se basant sur ce qu’il dit aimer sur Facebook. La méthodologie employée fait ici appel, au départ, à 86 220 questionnaires puis à la récupération des « j’aime » de 70 520 participants. L’artillerie lourde est de mise !

Facebook, le j'aime en dit long sur la personnalité

Tout le processus est largement détaillé sur le site qui héberge l’étude (lien en bas de page). Ce qu’il faut retenir, c’est que les premiers questionnaires mettent en évidence cinq traits de personnalité jugés pertinents. A savoir, le caractère consciencieux, l’ouverture à une expérience, le névrosisme, l’extraversion, et l’agréabilité. Ensuite, le jeu consiste à comparer plusieurs résultats.

Car l’expérience est menée avec des individus comme vous et moi, mais un ultime questionnaire a été proposé à 17 622 participants supplémentaires. Ce dernier consistait à répondre à des questions sur un ami ayant fait le test. Afin de voir si cette vision se rapproche des résultats du sondé en question. Les résultats ont de quoi effrayer.

Quand Facebook vous connait mieux que vos amis

Les résultats des évaluations mettent ainsi en évidence que pour cerner la personnalité d’un individu, les « j’aime » sur Facebook s’approchent le plus de la personnalité réelle (sur la base des renseignements fournis par le sondé) avec un score de 0,56. Les amis du sondé n’atteignent que 0,49 tandis que la famille est à 0,50.

Facebook et les données personnelles
Les 5 traits de personnalités mis en relation avec les « j’aime » de Facebook

Seul lot de consolation, le conjoint ou la conjointe se rapproche un petit peu plus des scores de l’individu lui-même avec un score de 0,56, ce qui reste donc proche de l’extrapolation des « j’aime » de Facebook. Les adeptes de Big Brother seront rassurés. Il y a de quoi avoir peur :-) ! Et nous ne parlons même pas du scan des messages privés pratiqué il y a quelques années et arrêté depuis.

Sur ce point, les chercheurs expliquent qu’il y a certains modèles d’activités qui se détachent. Pour simplifier à l’excès, si vous aimez des marques de bières, on peut supposer que vous aimez aussi la fête, sociabiliser. L’exemple donné ici est volontairement caricatural, mais la grille des chercheurs s’approche de ce type d’observation.

La machine serait-elle une meilleure conseillère que vos amis ?

Selon les 5 traits de personnalités évoqués plus hauts, certains sont plus faciles à mettre en évidence que d’autres. L’ouverture d’esprit fait généralement appel à la culture, à une diversité de points de vue, ce qui semble plus cohérent avec l’esprit d’un « j’aime » sur Facebook.

La tâche se corse sur d’autres sentiments de la palette proposée. En ce sens, l’absence d’un bouton « je n’aime pas » simplifie un peu trop les résultats des chercheurs. Sa présence aurait pu affiner plusieurs observations. D’un côté, quand on voit tout ce qu’il est possible de cibler avec l’unique présence des « j’aime » qui a de quoi donner le vertige, on se réjouit de ne pas avoir son homologue négatif.

Facebook, les "j'aime" et les données personnelles

L’ultime aspect de l’étude concernait un auto-test des sondés, soit des individus participant aux tests qui avaient pour mission de deviner leurs propres résultats du test de personnalité. Dans une majorité de cas, les projections issues de la machine se montrent plus justes que l’auto-test des participants eux-même.

De là à envisager qu’il vaut mieux laisser à l’ordinateur les choix difficiles auxquels nous devons faire face, il n’y a qu’un pas. Mais une telle exploitation des données individuelles, avec notre consentement, via Facebook a de quoi angoisser quant à l’usage qui peut en être fait par une publicité ou par le réseau lui-même. A méditer.

Via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !