Evaluez votre e-réputation sur Twitter pour mieux gérer votre image sur le net

Date de dernière mise à jour : le 24 mai 2016 à 1 h 20 min

Dans la même veine que le test lancé l’an dernier pour Facebook, la Mairie de Paris propose, à partir d’aujourd’hui, un nouvel outil destiné à évaluer votre e-réputation sur Twitter afin de vous aider à mieux gérer votre image sur le réseau social de microblogging par le biais du site « Soyez net sur le net ».

Pour faire le test, il vous suffit de vous rendre sur le site en question, de vous connecter à votre compte Twitter puis de laisser l’outil analyser vos tweets et photos avant de vous poser quelques petites questions. Une note sur 100  vous sera ensuite attribuée pour évaluer votre comportement sur le réseau social. Un test dont le but sera donc de vous montrer de quelle façon vous êtes perçus sur le net.

Pourquoi évaluer sur e-réputation sur Twitter, sur Facebook ou sur le net en général ? Tout simplement pour mieux protéger son image. Si l’on n’y pense pas toujours, tout ce qu’on peut dire ou faire sur le net est finalement visible par le monde entier, laissant ainsi à n’importe qui le loisir de vous juger avant même de vous connaître.

Si les réseaux sociaux font désormais partie de notre quotidien, la façon dont les utilise est primordiale pour notre image, en particulier pour les jeunes en recherche d’emploi, surtout quand on sait à quel point il est facile pour un recruteur de saisir le nom d’un candidat sur Google avant même de l’avoir reçu en entretien. Par ailleurs quand on sait la masse de CV que reçoivent chaque jour les services de ressources humaines, on se doute bien que tout filtre de sélection supplémentaire est le bienvenu.

L’exemple cité ci-dessus n’est, bien entendu, qu’un des enjeux de l’intérêt d’évaluer son e-reputation sur Twitter ou sur le net en général, même s’il est sans doute le plus parlant. A noter que le test lancé l’an denier et visant à évaluer votre comportement sur Facebook a été fait par plus de 450 000 internautes.

Via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article