Essential Phone : Andy Rubin déjà au tribunal pour violation de marque déposée

A peine une semaine qu’Andy Rubin a annoncé le smartphone Essential, il fait déjà l’objet d’un recours devant le tribunal pour violation de marque déposée. Spigen, fabriquant de coques et accessoires serait à l’origine de ce recours. Les motifs de ce recours sont discutables. Spigen semble faire beaucoup de vagues pour peu de choses. 

essential, andy rubin, smartphone

Ce sont nos confrères de numerama.com qui révèlent cette information ce matin. Andy Rubin, créateur de l’Essential Phone, annoncé il y a une semaine à peine, récolte déjà les foudres de certaines sociétés. Il fait déjà l’objet d’un recours pour violation de marque déposée. Spigen, un fabricant de coques et accessoires pour smartphone, serait à l’origine de ce recours parce qu’il détiendrait déjà une marque « Essential », déposée en août 2016.

Les détails de l’affaire

Essential Phone aurait déjà été confronté à un refus pour le dépôt de la marque « Essential » en raison d’une possible confusion avec celle de Spigen. Andy Rubin avait déposé une nouvelle demande en utilisant le nom « Essential Products » et s’est vu opposé un nouveau refus relatif à cette nouvelle demande. La mention « Essential » ayant été maintenue, Spigen a envoyé à Andy Rubin une ordonnance de cessation et d’abstention lui enjoignant l’arrêt de l’utilisation de ce nom avant le 15 juin 2017, sous peine de poursuite.

Si dans un premier temps, les plaintes de Spigen pouvaient apparaître légitimes, les motifs de son recours semblent discutables. En premier lieu, si effectivement « Essential » est une marque déposée, la terminologie semble vague et Spigen l’utilisait essentiellement pour des chargeurs et des power pack. En second lieu, c’est  au produit dans sa globalité qu’il faut s’intéresser ; si Spigen est spécialisé dans les coques et accessoires et fait une utilisation limitée de sa marque, Andy Rubin entendait bien déposer cette marque pour un smartphone en son ensemble, avec l’ensemble de ses composants électroniques d’autant plus qu’une terminologie plus précise est utilisée puisqu’il s’agit bien de la mention « Essential Products » et non uniquement « Essential », ce qui pourrait éviter les confusions.

Enfin, ce recours à l’initiative de Spigen semble davantage une tentative pour nuire et soutirer des deniers à Andy Rubin qui semble avoir conçu un produit qui pourrait intéresser de nombreux consommateurs. C’est à se demander si Spigen n’est pas engagé dans un partenariat avec un concurrent de Rubin et ne tente pas de protéger les intérêts de ce concurrent.

Réagissez à cet article !
  • cyril

    De toute façon, le nom ne colle pas du tout avec le projet. On s’attend à avoir un smartphone qui ne propose que l’essentiel dans un prix très contenu et finalement c’est un super haut de gamme qui est caché derrière ce nom…

    • Rams

      C’est quoi le rapport? Tu peux dire la même chose de plein de marques: Microsoft seulement du logiciel? Google des lunettes? Boulanger une chaine de boulangeries? Android des robots? Apple un marchand de pommes? Ben oui, Essential si tu te fais chier à trouver un sens tu te dis “ça va être des produits qui proposent que l’essentiel”, sauf que dans les noms de marque, bah faut pas chercher aussi loin, ça a pas forcément de lien avec ce qui est vendu, c’est juste un nom.

      • emacs-nox

        IBM : des lettres

        • Ostiny

          International Business Machines mais pas grave

          • Pfelelep_écrit_en_UTF-8

            Imitation of Bull Machines.

            Quand on a un peu de “métier”.

          • Rams

            Il parle de ce qu’évoque le nom de la marque… Certes tu sais ce que ça veut dire en vrai quand tu t’y connais un minimum mais à la première vue, IBM, ben ça évoque pas grand chose.

          • emacs-nox

            Ouaip c’était une blague, pour info

  • Ubernizer

    Ah les américains, il n’y a qu’aux usa qu’on voit ce genre d’affaire… Ce serait comme interdire l’utilisation du mot “essentiel” ou “livre” en France

    • Pfelelep_écrit_en_UTF-8

      C’est pas comme si Nestlé avait déjà fait un procès au Club Mediterranée pour l’utilisation du mot “bonheur” que Nestlé avait déposé à l’INPI.

      Nan vraiment.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
967479e229a1c135dd1e10719e5a2b31""""""""""""""""