CyanogenMod abandonne sa messagerie SMS sécurisée WhisperPush

Date de dernière mise à jour : le 13 avril 2016 à 9 h 22 min

Introduite en 2013 au sein de CyanogenMod 10.2, la messagerie SMS ultra sécurisée WhisperPush tire sa révérence. L’équipe éditrice de la ROM Custom vient d’annoncer sa mort programmée pour le 1er février via son blog.

Après plus de deux ans de fidèles et loyaux services au sein de la ROM Custom Android la plus populaire du marché, la messagerie chiffré WhisperPush est sur le point de disparaître. Ces dernières semaines, les utilisateurs de la nouvelle version basée sur Android 6.0 Marshmallow CyanogenMod 13 avaient déjà pu remarquer qu’elle n’était plus supportée et nécessitait l’installation d’un patch pour pouvoir fonctionner.

Malheureusement, à compter du 1er février, le service disparaîtra totalement et les serveurs seront coupés, y compris sur les précédentes versions de la ROM. Un abandon justifié par l’équipe par la difficulté à maintenir le service fonctionnel. L’enregistrement posait problème, de même que la localisation dans certains pays. Tout un ensemble de raisons pour lesquelles la société a sans doute décidé que le jeu n’en valait plus la chandelle.

Un service qui avait pourtant le mérite de répondre aux besoins des utilisateurs inquiets pour la sécurité de leurs données personnelles. Les révélations sur les pratiques de la NSA et les autres affaires d’espionnage ont tout naturellement généré certaines inquiétudes chez l’internaute, sans doute à juste titre, dans certains cas.

Si toutefois, vous souhaitiez continuer à pouvoir profiter du chiffrement de vos messages, l’équipe de Cyanogen vous conseille d’utiliser Signal une application de messagerie sécurisée, utilisée et recommandée par Edward Snowden en personne, et que vous pouvez télécharger gratuitement dans le Google Play Store. D’ailleurs, à ce sujet, le succès et la rapide adoption de signal n’est peut-être pas totalement étranger à la décision de Cyanogen de retirer WhisperPush.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article