Paralysée, une personne réussit à contrôler une tablette Nexus 9 par la pensée

Date de dernière mise à jour : le 14 avril 2016 à 14 h 17 min

Les expériences grand public de communication anticipée nous fait penser à l’application Swiftey, capable de « prédire » les mots que nous voulons écrire mais dernièrement, d’autres chercheurs ont repoussé les limites de la technologie pour le bien de personnes paralysées.

Après SwiftKey contributeur à l’amélioration de la communication du Professeur Stephen Hawking, une société appelée BrainGate, rattachée à la prestigieuse université de Stanford en Californie a mis au point un système de lecture de la pensée fonctionnant à l’aide d’une puce électronique et d’une tablette Android. Cette technologie a été développée pour une amélioration du quotidien de personnes handicapées.

Jusqu’ici, la plupart des dispositifs de communications pour personnes atteintes de paralysies, maladies neuro-dégénératives et tant d’autres se résumaient au suivi des mouvements oculaires et la contractions musculaires. Ces méthodes malheureusement lentes et fastidieuses pour le communicant fatiguent rapidement les individus c’est pourquoi quelques scientifiques ont cherché à améliorer leurs conditions. Ils en sont arrivés à la conclusion que la pensée était le meilleur moyen de contrôle possible.

Leur prototype a été testé sur une patiente surnommée T6, atteinte de la maladie de Charcot. Pour commencer, il a fallu lui implanter une électrode dans le lobe gauche du cerveau, sur une des aires dédiées au mouvement. Une neuroprothèse fut ensuite installée sur le sujet afin de pouvoir intercepter les signaux électriques émis par le cerveau.

Pour mettre en application ce dispositif semblable à un curseur mental, un support était nécessaire. Le plus évident pour les chercheurs s’est avéré être une tablette tactile facilement personnalisable. Grâce à l’ouverture de la plateforme Android, les scientifiques ont ainsi pu améliorer leur logiciel à volonté.

L’appareillage communiquant avec la Nexus 9 par Bluetooth, la patiente T6 a pu maîtriser très rapidement le fonctionnement, effectuant en deux temps trois mouvements des recherches Google, utilisant l’auto-remplissage pour gagner quelques secondes. Même le plus petit des liens lui est accessible. Ce système est capable de fonctionner deux ans sans nécessiter de maintenance et à présent, les chercheurs veulent étendre leur programme sur de multiples supports et plateformes.

BrainGate vient de réaliser une jolie prouesse pour l’amélioration du quotidien des personnes ayant perdu tout moyen de communication, une avancée laissant également entrevoir une future généralisation au grand public peut-être plus douteuse du contrôle de nos terminaux par la pensée, qu’en pensez-vous ?

via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • prog-amateur

    Mitigé. Ça peut aider, sans une certaine utopie. Après, ça ne m’étonnerait pas que Google rachète la société BrainGate pour le bien de l’humanité.
    Comme d’hab, tout dépend de l’intérêt qu’il y a derrière. Et puis, j’imagine que le logiciel ne fait pas la part des choses entre ce que l’un pense et site l’on veut communiquer part la pensée.

    • prog-amateur

      «Et puis, j’imagine que le logiciel ne fait pas la part des choses entre ce que l’on pense et ce que l’on veut communiquer part la pensée.» désolé, j’ai clavier bugdroid sur mon bugawei…