La commissaire européenne en charge du dossier Google « n’a aucune rancune »

Si vous suivez l’actualité ces derniers temps vous n’êtes pas sans savoir que Google risque une amende de 6 milliards d’euros émanant de la Commission Européenne pour abus de position dominante. La commissaire européenne en charge du dossier, Margrethe Vestager, accusée de livrer une véritable omerta contre la firme, s’est exprimée sur le sujet et assure qu’elle n’a rien contre le géant de Mountain View.

commissaire europeenne google aucune rancune
Crédits : Les Echos

 

C’est lors d’un discours prononcé à la NYU School of Law que la commissaire européenne a tenu à prendre la parole au sujet de « l’affaire Google ». Ce discours s’inscrit dans une tournée de quatre jours pour expliquer les raisons de son enquête sur les pratiques de Google en Europe.

Alors que les médias américains la surnomment « l’ennemi d’acier » de Google (propos tenus par le New York Times), Margrethe Vestager se défend de ces accusations.

La plupart des médias souhaiteraient un conflit. Je n’ai aucune rancune contre Google. Nous avons fait une déclaration d’objections soulignant notre point de vue préliminaire sur un certain comportement. (…) Il s’agit, comme nous l’avons vu, d’un cas assez simple d’abus de position dominante » – Margrethe Vestrager, commissaire européenne chargée de la concurrence –

Le message est plutôt clair. Elle affirme ne rien avoir contre Google mais insiste tout de même sur le fait que la firme abuse de sa position dominante. Elle est aussi revenue sur les propos de Barack Obama, qui accusait la Commission Européenne de faire du protectionnisme (soit dit en passant, les américains sont les champions du protectionnisme).

La commissaire européenne l’assure, ce n’est pas dans l’intérêt de l’Europe d’avoir ce genre de pratique. Elle ajoute qu’il serait stupide d’être dans ce type de démarche puisque « nous avons besoin d’investissement en Europe ».

Avec de tels propos, pas sûr que la commissaire européenne ait réussi à convaincre. Elle déclare certes ne rien avoir contre Google mais maintient tout de même sa position. Et vous que pensez vous de cette affaire ? Est-il normal que l’Europe enquête sur Google ou pensez-vous que ce sont les lois du business ?

Via

Réagissez à cet article !
  • Jonathan Simon

    Quand le peuple européen gueule il n’y a aucune réaction mais quand un journal américain s’en mêle, tout de suite il faut répondre… –‘

  • Nasir Mxd

     » Nous avons avons « ….

  • Geoffrey

    Attention on va bientôt entendre les ouin ouin parler d’Apple.

    Sinon sur le fond c’est une bonne chose, sur la forme ça fait un peu business. En tout cas c’est de cette manière que les médias nous le présente. Il feraient même bien carrément d’interdire le business model basé sur le vol d’informations personnelles et l’espionnage massif a des fins commerciales… Mais bon, le net a dérivé là dessus c’est trop tard.

    • sleb

      Je suis d’accord avec toi, sauf que concernant google ce n’est pas du vol d’information, on leur donne nos information gratuitement contre des applications gratuites. Et c’est bien la problème, google fait le plus gros de son bénéfice sur la récolte et la revente de méta données sur les gens, et comme on leur donne ces infos gratuitement ce n’est pas taxable par les pays d’Europe, donc je pense que l’Europe essaye de récupérer l’argent la ou il est possible de le récupérer. Comme on dit : « chez google, le produit c’est nous ».

    • Exium

      Sur le vol de données personnelles ? Ouais, surtout quand on paye très cher un produit pou_r en plus se faire « voler » ses données perso

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Droits Ligue 1 : Facebook et Amazon pourraient diffuser les matchs

Et si les futurs OM-PSG étaient diffusés sur Amazon Prime Video ou Facebook ? Les deux géants américains se sont montrés intéressés par les droits de diffusion de la Ligue 1 auprès de la LFP. Formuleront-ils une proposition lors de l’appel d’offres ?