Deux cas d’homicides non élucidés à cause du chiffrement des smartphones des victimes

Date de dernière mise à jour : le 5 avril 2016 à 10 h 59 min

Mis en place l’an dernier sur Android et iOS, le chiffrement des smartphones pose de sérieux problèmes à la justice, en particulier lorsqu’il s’agit du smartphone d’une victime d’homicide et que la police se retrouve dans l’impossibilité d’accéder à ses données personnelles. Il y a deux mois, le procureur de Paris se ralliait aux procureurs de Manhattan et de la Haute Cour espagnole et au Commissaire de Londres dans leur lutte contre les pratiques d’Apple et de Google. Aujourd’hui, voilà que le débat repart de plus belle de l’autre côté de l’Atlantique.

chiffrement smartphones
Le chiffrement, pour ou contre ?

Si la plupart des smartphones chiffrés entre les mains de la justice sont ceux d’individus suspectés de crime, il peut aussi s’agir des smartphones des victimes. C’est d’ailleurs ce qui se passe actuellement dans le cadre de deux cas d’homicides non élucidés dans les villes de Baton Rouge (Louisiane) et Evanston (Illinois). Or les données personnelles des victimes qui pourraient éventuellement permettre à la justice de résoudre l’enquête autour de ces deux meurtres, sont chiffrées et donc inaccessibles.

Actuellement de plus en plus de smartphones sont chiffrés. C’est notamment le cas des iPhone depuis iOS 8 et des smartphones Android depuis Lollipop, bien que Google ait retiré le chiffrement par défaut. Le procureur de Manhattan a d’ailleurs récemment déclaré avoir récupéré depuis fin août plus de 100 iPhone chiffrés et donc totalement inutilisables dans le cadre d’une enquête.

En outre, 16 procureurs de districts américains ont écrit au Sénat, réclamant l’instauration d’une loi pour forcer les constructeurs à contourner le chiffrement dans le cas où la justice en aurait besoin. Pourtant les avis sont très tranchés car, de son côté, le directeur du FBI, James Comey est contre l’instauration d’une telle lesgislation.

De leur côté, Google et Apple rappellent que le chiffrement est un processus « à sens unique ». Il ne leur est donc pas possible de déchiffrer les données d’un utilisateur ayant opté pour ce moyen de sécurisation ou disposant d’un appareil sur lequel le chiffrement est activé par défaut.

Un sujet qui a toujours prêté à controverse depuis sa mise en œuvre l’an dernier. A l’époque, les réactions furent très vives, notamment du côté de la justice américaine qui déclarait alors que le chiffrement des smartphones mènerait à la mort d’enfants. Depuis, les représentants de la justice d’autre pays ont rejoint les USA dans ce combat. Un combat qui certes, peut sembler légitime mais qu’advient-il de la vie privée de l’utilisateur ?

Via

Réagissez à cet article !
  • Delta

    DEUX CAS D’HOMICIDES NON ÉLUCIDÉS À CAUSE DU CHIFFREMENT DES SMARTPHONES DES VICTIMES

    il faut arrêter d’écrire tout et surtout n’importe quoi.
    A partir du moment ou le contenu est chiffré, donc non accessible, il est impossible de savoir si on aurait pu résoudre les affaires via le contenu des smartphones.

    • MoiYoshi

      +1
      C’est un peu facile de reporter leur manque de résultat sur le cryptage des smartphones.
      Ça se passé comment avant l’age des smartphones ? C’est pourtant pas si vieux que ça…

  • Mr Patator

    Le procureur de Manhattan a 100 iPhone chiffrés dont il ne peut rien tirer, sur combien d’affaire d’homicide ?
    De même, deux crime non-encore résolus qui *pourraient* l’être *éventuellement* s’ils n’avaient pas été chiffrés. Les services de polices savaient autrefois résoudre des enquête sans avoir besoin des smartphones des victimes/suspects. On ne peut pas mettre en péril la vie privée de milliards d’individus pour quelques affaires non-encore élucidées.

  • fred

    Que dire a part « on nous prends pour des cons ou pas ? »

  • Jérémie

    Si on en est au point où sans le contenu des smartphones de victimes, on ne peut résoudre une affaire d’homicide, où allons nous ?
    Comment faisaient-ils avant qu’il y ait des smartphones ???

    • Novaslash

      C’est parce que pas mal de personnes mettent toute leur vie dans leur smartphone et une partie des informations peuvent servir d’indices voir de preuves.

      • MoutonNoir

        Sur pc aussi, très peu doivent y penser a les chiffré, surtout avec les synchronisation diverses.
        Encore une fois, c’est juste de l’intox pro anti-chiffrement…

        • Tapian

          Sur portable tu as accès aux communications, tu peux connaître les appels reçus et émis avant les faits ..les SMS Par exemple..

          • MoutonNoir

            Chiffrement ou pas, avec leur enquête ils ont déjà ses éléments ! Fourni par les opérateurs…
            Même pas besoin du GPS, les antennes mobile ayant transmis l’appel/sms indique sa propre position.
            J’insiste, cela ne sert qu’a réduire les frais de demande d’info ou opérateurs et lutte par la désinformation contre le chiffrement…

          • Tapian

            Je ne connais pas le fonctionnement chez eux, mais en france Les réquisitions aupres des operateurs sont faites automatiquement (geoloc, fadet..) pour ce genres de faits
            Ce n’est pas pour faire des économies mais juste pour gagner un peu de temps et avoir certaines info via le téléphone..

            Les demandes faites aux opérateurs coûtent pas mal d’argent, mais il y a une obligation de moyen donc c’est fait de toute façon.

        • Novaslash

          Certes, il y a également le pc qui peut contenir pas mal d’informations mais pas toutes comme le journal d’appel, les sms/mms, les données gps, …

          Je ne suis pas anti-chiffrement, loin de là mais de donner la possibilité aux autorités compétentes de pouvoir déchiffrer en cas de besoin, comme c’est le cas ici, je suis pour.
          On a beau dire qu’une enquête ne se fait pas uniquement sur le smartphone de(s) victime(s) ou de l’auteur présumé, mais il est tout a fait concevable qu’un indice ou une preuve déterminante puisse se trouver dedans.

          • MoiYoshi

            Pour le journal d’appel et les SMS, la justice les a de par l’opérateur et de manière indépendamment du téléphone.
            Le GPS il est pas forcément activé…

    • Tapian

      C’est un outils supplémentaire pour élucider davantage de crimes ou délits .. Comme la création du fichier adn

  • Deimos

    Deux meurtres non élucidé à cause du chiffrement des smartphones des victimes.

    N’importe quoi, autant dire que c’est de la faute de SKYNET pendant qu’on y est

    • MoutonNoir

      Le problème c’est que le peuple communique.
      Il est plus facile de gérer un troupeau de mouton ignare, que des chiens savant et pensant..

  • Slaughter

    « non élucidés à cause du chiffrement des smartphones  »
    Rah, mince, du coup avant l’arrivée des smartphones on faisait comment?
    Bon plus sérieusement, remettre en question une liberté individuelle relative à la vie privée, pour 2 homicides et quelques cas supposés, faut pas déconner. Après ça on va avoir droit à la tirade sur les pédonazis mangeurs de chatons…

    • Tapian

      C’est comme l’arrivée du fichier fnaeg et l’enregistrement ADN des auteurs de délit , ça permet d’élucider davantage de délits ou crimes

  • Aldwyr Ephraem de Az

    1) s’il veulent accéder au sms/Appel -> Il demande au opérateur, ils gardent tous une copie de TOUT les échanges qu’il y a pue avoir lieu avec la victime (que ce soit en mois/année, je ne sais plus trop). (sauf si ça passe par VoIP, mais c’est une autre histoire)
    3) Les photos ? Souvent sur le Cloud, Apple and consor y on donc accès. Sinon, c’est pas une sources exploitable, sauf si la victime à les photos sur Facebook.
    4) On fait une vrai enquête non? Interroger les proches/amis ? Regrouper les preuves pour faire des regroupement et arrivé à des conclusions ? On se sort les doigts du cul et on se dis pas que la réponse est forcément dans le téléphone. Il y a autant d’information qui sont sur les serveurs des grosses boite américaine que sur les tels…
    5) Bref, le chiffrement est nécessaire pour éviter les abus. Toute personnes mettant un mdp/chiffrant ses données considéré sa vie privé comme relativement importante. Si les enquêteurs ne peuvent pas exploiter cette piste, il en reste encore énormément d’autre à prendre.
    6) Vous avez remarqué qu’il n’y avait pas de 2) ? :)

    • MoutonNoir

      +1000.
      Sinon je ne considère pas ma vie privée relativement importante, mais juste privé.
      Sinon je vire ma porte d’entrée, depose mes rideaux, vote a bulletin visible.
      (ce n’est pas pour toi) Mais je trouve ridicule le débat sur la notion de vie privée, peut on ou pas chiffré pour qu’elle reste privé… (vu qu’on nous matte en permanence)
      Je fais tout pour les faire chier et plus encore si possible.
      Ils ont tendu l’élastique, ils n’avaient qu’a se montrer raisonnable et modeste.

    • dantes94

      J’allais faire la remarque sur le 2 puis j’ai lu le 6 :^p

      1) En effet ce n’est pas les pistes qui manque.
      3) idem que 1 même si perso j’ai pas de photos sur le cloud donc y aura rien a chercher.
      4) Une vrai enquête n’écarte aucune piste potentiel et donc inclus les smartphones.
      5) Vrai mais il reste dommage qu’il ne soit pas possible de trouver un compromis efficace qui permettent de concilier la protection de la vie privé et le fait de trouve des indices qui potentiellement mettrait sur une piste permettant d’élucider la mort.
      6)Pour le coup oui ;^p

    • Atlas

      Non, tout est chiffre sur le cloud Apple et c’est bien le seul dans cette situation. Apple ne peut rien accéder, c’est pour cela que tout le monde s’en prend a eux.

  • Atlas

    Combien de cas non elucides car on ne peut pratiquer la torture? Vite! Rendons la torture légale !!

  • ben_kenobi

    Pour que la justice soit crédible il faudrait qu’elle communique sur le nombre d’affaires élucidées GRACE aux smartphones : c’est à dire une preuve déterminante…
    Le truc d’un smartphone c’est qu’il peut être perdu ou volé donc la plupart des gens, pas tous, font une sauvegarde. Cette sauvegarde peut être restorée avec le login et le mot de passe. Et on peut changer son mot de passe, nan ?
    Alors qu’on cesse de nous dire que ce n’est pas faisable. C’est juste pas simple, mais c’est faisable.
    La justice émet un mandat auprès du détenteur de service. Celui-ci lui procure un mot de passe temporaire, les enquêteurs redescendent la sauvegarde sur un autre terminal (ainsi même un terminal cassé peut être restoré) et le problème est réglé…

    Sans oublié les outils dont peuvent être friand les accros : checkin, facebook, etc…

    Il y a quantité de moyens d’avoir accès à l’information.

    Si le FBI n’est pas d’accord c’est probablement parce qu’ils ont déjà des outils pour casser les clés de cryptage et que si on met en place une solution pour décrypter par la justice le cryptage par défaut, les plus malins mettront en place des solutions tierces qui seront plus difficile à casser ou avec un cout au terminal faramineux…
    Pas bête la guêpe… :(

    • Le Zouave

      Tu dois penser à la restauration Icloud, mais il y a 2 problèmes, connaître l’adresse e-mail du compte Apple, si le propriétaire du téléphone est décédé, c’est pas toujours facile à trouver, mais même si on l’a, il faut obtenir une décision de justice pour que Apple déverrouille le compte et comme la justice est toujours longue, il y a de forte chance que le compte soit effacé automatiquement.

      • ben_kenobi

        Sauf que l’on parlait de modifier la loi, dans ce cadre là, il peut être demander non pas de permettre le déchiffrement des données, mais d’avoir accès audites données.
        Pour cela, dis-moi comment Apple sait que la personne est morte ? par boule de cristal ? Nope. Donc, il ‘suffit’ de lui communiquer, avec un formulaire spécifique, la mort de la personne et de l’enquête encours signé par un juge.
        En exigeant d’apple, et des autres, qu’à la mort d’une personne il est interdit de détruire les données dans un délai maximum de x mois.
        Pour que l’on efface un compte il faut avoir une raison, est-ce que tu penses que la première chose que fera les héritiers c’est d’informer Apple de la mort de la personne ? Oo
        Quant au courriel, il me semble qu’il doit y avoir d’autres moyens de l’obtenir : les personnes à qui la victime a écrit, le numéro d’identifiant de l’appareil, l’adresse postale, son numéro de compte, son numéro de CB, etc… Autant d’informations détenues par Apple…
        Par exemple, l’adresse courriel que j’utilise pour mon WP indique le numéro IMEI du téléphone que j’utilise, il en est de même pour tous. Sans oublier que si une loi venait a être créée le système judiciaire demande à ce qu’il y ait un moyen rapide d’obtenir les informations nécessaires…
        Mais sans toucher au cryptage et dans la condition où la personne est décédée. Histoire d’éviter les abus.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
587c5ca135a83cfa0337eb870c6f357evvvvvvvvvv