Chiffrement des données : Google rejoint Apple dans sa lutte contre le FBI

Vous le savez, Tim Cook n’a pas mâché ses mots hier en réponse à la demande du FBI de créer un backdoor pour permettre à l’agence d’accéder aux données sur l’iPhone d’un présumé terroriste. La firme expliquant entre autres que cela ne serait pas à usage unique comme prétend le FBI. Aujourd’hui, le PDG de Google le rejoint dans sa lutte.

En effet, un des plus grands concurrents d’Apple, Google, via son PDG Sundar Pichai, a posté une série de tweets concernant la lettre de Cook et il est d’accord avec lui. Il indique notamment que « forcer les entreprises à accepter le hacking pourrait compromettre la vie privée des utilisateurs ».

Il rajoute également que Google respecte les difficultés des forces de l’ordre mais il croit que « donner l’accès aux données à la police avec des mandats légaux » n’est pas la même chose que de « demander aux entreprises de permettre le hack des terminaux et des données de leurs consommateurs »

Pichai considère les produits Google comme étant sécurisés et dit qu’ils « conservent vos informations en sécurité ». Il attend une discussion « constructive et ouverte » à propos des problèmes que la demande du FBI a soulevé. Le fondateur de WhatsApp Jan Koum a publié un communiqué en soutien d’Apple également, et il ne sera sûrement pas le seul.

La lutte contre le chiffrement n’est néanmoins pas nouvelle pour le gouvernement américain. Les déclarations se sont multipliées, même les plus sordides. En effet, il y a quelques temps, la justice américaine déclarait que le chiffrement allait mener à la mort d’enfants.

L’opinion publique prend position en faveur de la protection de leurs données surtout depuis qu’Edward Snowden avait fait des révélations sur les écoutes du gouvernement américain, et Apple aura probablement son soutien cette fois-ci.

Il n’y a néanmoins pas qu’aux Etats-Unis qu’on rencontre ce problème. Récemment, le procureur de Paris luttait également contre Apple et Google sur ce chiffrement. Ce problème est donc bien mondial et Apple et Google l’ont bien compris.

Vous l’aurez compris, les deux géants américains sont main dans la main dans la lutte contre le FBI sur cette affaire de l’attentat de San Bernardino. Ils estiment que nous ne pouvons pas toujours tout céder aux autorités, espérons tout de même pour notre vie privée que ce bras de fer penche de leur côté.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • leatherface

    Même si ça n’est que des postures de la part de Google et Apple (sachant qu’eux mêmes accèdent à nos données et en tirent des profits substantiels) je suis vraiment content de les voir résister comme ça. On parle du FBI mais n’oublions pas qu’en France la situation n’est pas meilleure loin de là.

    • Tapian

      Comparer le FBI et les services de police ou gendarmerie ?
      Dire qu’en France c’est pas mieux c’est que tu ne sais pas de quoi tu parles

      • Tu serais surpris de certains services de police ou de gendarmerie. Faut arrêter de voir le FBI comme « les experts » et la police/gendarmerie françaises comme « les bleus en estafette »…

        • Tapian

          Non non je sais de quoi je parle justement , et je fais plus allusion aux libertés qu’aux moyens offerts aux services

          • Ok, my bad, j’avais mal interprété ton message.

          • Tapian

            ;)

    • Jérémie

      Moi, Ca me scandalise de voir cette résistance !
      Ils jouent les enfants modèles alors qu’ils nous traquent à longueur de journée dans l’unique but de valoriser ces informations !!!
      Allez dire à un parent que son enfant a été tué mais qu’on ne parvient pas à enquêter convenablement car des faux justiciers d’une quête bafouée par eux même s’en mêlent !
      Il faut arrêter les conneries !!!

  • Lochheart

    Il a pas l’air à l’aise le Pichai.
    Beaucoup de conditionnel dans son discour.

  • Tapian

    T’inquiète pas va pour connaître le sujet je peu te dire qu’on est loin de ce qui est fait aux USA..