Huawei : le CEO ne nie pas travailler sur un concurrent d’Android

Nous apprenions la semaine dernière que le constructeur chinois Huawei serait au travail sur un système d’exploitation maison pour contrer Android, et son CEO est revenu sur le faire sans nier quoique ce soit cette semaine mais avançant un argument majeur.

Le monde des smartphones est rythmé chaque année par de nouveaux appareils qui tentent, chacun à leur tour, de bouleverser le marché. Que ce soit par le fait d’être solide sur ses acquis, comme les Galaxy S7 l’ont fait, ou tenter de révolutionner la conception de smartphone comme le modulaire, tout va vers le renouvellement.

Mais sur le côté des systèmes d’exploitation, rien ne bouge vraiment. iOS et Android ont tout conquis, à tel point que Google est désormais sous la loupe de la Commission Européenne pour son contrôle de l’OS. Huawei, voyant ça, a préféré prévenir que guérir.

Nous apprenions la semaine dernière que celui-ci avait embauché chez Nokia afin de créer son propre système d’exploitation. Le CEO de Huawei, Richard Yu, s’est en tout cas saisi de l’affaire sur le réseau social chinois Weibo et a commenté les rumeurs.

Pour lui, Android a « poussé le développement des smartphones, et ce au bénéfice des clients« . Il a ensuite ajouté que « tant que Google maintenait l’ouverture de l’OS Android et continuait de supporter les constructeurs, Huawei continuerait de l’utiliser« .

Une déclaration qui rassure donc – le constructeur continuera d’utiliser Android – mais qui donne aussi la puce à l’oreille quant à ce nouvel OS maison. En effet, la rumeur veut que celui-ci soit développé « au cas où » le développeur américain prenait un trop grand contrôle sur sa plateforme.

Lorsque l’on sait à quel point profiter d’Android en open source sans Google devient très vite compliqué, on comprend que Huawei veuille avoir un atout dans sa manche en cas de problème. Il se murmure après tout que le système serait de plus en plus fermé dans le futur.

   Suivez nous sur Facebook   


  • Mots-clés

Vous aimerez peut être


Réagir à cet article