Bruxelles part à l’attaque de Google et sa dictature d’Android

La Commission Européenne de Bruxelles a annoncé ce matin qu’elle ouvrait une procédure contre Google pour abus de position dominante estimant que celui-ci exerçait un contrôle d’Android proche de la main de fer à l’égal d’une dictature.

Android est un système d’exploitation libre et gratuit, oui. Mais pour le rendre un tant soit peu attractif dans ce monde, vous aurez besoin du concours des applications Google qui elles sont bien loin de l’être. C’est toute l’ironie de notre OS mobile préféré.

Et c’est bien ce que la Commission Européenne reproche à Google en ce début d’année, l’accusant d’abus de position dominante il y a de cela 2 jours. Il aura fallu à peine 48 heures toutefois pour que ces menaces soient mises à exécution.

En effet, Bruxelles a annoncé aujourd’hui sa communication des griefs qui précède l’ouverture d’une procédure de justice à l’encontre du géant du web, dont l’organisme estime qu’il viole les règles de la concurrence en Europe avec son emprise avérée du système d’exploitation Android.

Une plainte en 3 points importants

Ce sont ces 3 points clefs qui ont incité le lancement de cette communication des griefs. A terme, celle-ci pourrait être le début d’une procédure judiciaire ou se résoudre amicalement selon les réponses apportées par Google sur le dossier constitué par la Commission.

L’installation forcée de Chrome et du moteur de recherche Google par défaut

L’accès au Play Store serait subordonné à l’acceptation de l’installation obligatoire de Google Chrome ainsi que du moteur de recherche Google qui se doit d’être celui par défaut de l’appareil. C’est cette clause qui rend l’utilisation d’Android gratuite pour les fabricants… Mais pas vraiment.

La Commission s’inquiète donc de cette fermeture obligatoire qui entrave le développement d’une concurrence saine sur le marché des moteurs de recherche. Elle avait d’ailleurs épinglé Google dans le passé pour le même souci.

L’interdiction de vendre des téléphones tournant sur des forks d’Android

Là où le bât blesse d’autant plus, c’est que l’installation du Play Store et de Google Search serait soumise à un accord de « non-fragmentation » forçant les constructeurs à utiliser uniquement la version d’Android fournit par le développeur.

Ce qui en soi toute toute possibilité d’expansion pour les forks d’Android, qui reste tout de même open source, comme Cyanogenmod, MIUI ou OxygenOS pour ne citer qu’eux. La Commission va même jusqu’à entendre que certains pourraient être plus développés encore que celui de la firme d’Alphabet.

Les incitations financières envers les constructeurs pour la préinstallation des applis Google

Selon l’organisme, Google consentirait pour certains constructeurs importants des incitations financières importantes afin que ceux-ci préinstallent et rendent par défaut, encore et toujours, le moteur de recherche Google au sein de leur surcouche.

Une pratique classique à ceci près que la division d’Alphabet n’y consent que lorsque son moteur est le seul présent sur l’appareil, et retirerait ainsi cette manne si d’autres moteurs de recherche étaient présents sur les téléphones.

Google a bien vite répondu

Bien sûr, le géant américain a lui aussi son mot à dire sur les questions soulevées par la Commission Européenne et s’est fendu d’un communiqué de presse sous forme d’article de blog pour apporter une première réponse à cela.

Ceux-ci mettent en avant le fait qu’Android est entièrement libre et gratuit, et que ses conditions sont posées sous la base du volontariat. Ils mettent d’ailleurs en avant le fait qu’Amazon propose son propre fork sans contrôle de la part de Google.

Selon ce communiqué, suite à l’installation des applications Google, les développeurs peuvent ensuite préinstallés n’importe quelle application et qu’en cela de nombreux acteurs sont ainsi représentés comme Facebook, Microsoft, Amazon…

Et enfin, que la plateforme Android reste coûteuse à produire et que ce sont ainsi ces accords qui leur permettent de la tenir à jour. Et que naturellement, l’utilisateur peut installer n’importe quelle application pourtant concurrente aux services Google via le Play Store.

La condamnation est encore loin d’être à l’ordre

Attention toutefois : cette procédure ne fait pas office de condamnation. Il s’agit simplement d’un dossier ouvert, comportant des preuves jugées incriminantes mais contre lesquelles l’entreprise est en droit de répondre. Il s’agit simplement désormais pour Google de justifier ses pratiques avec des preuves suffisantes pour que celles-ci soient reconsidérées.

En l’état donc, l’entreprise va pouvoir étudier précisément ce dossier et y apporter des réponses au cours des mois à venir. Si les réponses convainquent le jury, alors la procédure sera abandonnée.

Si toutefois celles-ci n’y parviennent pas, Google va devoir se préparer à payer une amende salée puisque les condamnations de ce type peuvent atteindre jusqu’à 10% du chiffre d’affaires du groupe… Autant dire un sacré paquet de pépettes, à la vue de l’emprise de celui-ci sur internet de par le monde.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • InspecteurDerrick

    C’est complétement débile –‘, toujours à faire chier le monde ces gens –‘
    D’ailleurs Google a déjà des problèmes avec oracle,
    Franchement, toujours à dire de la merde :s
    Il se pourrait que la commission européenne sont des défenseur de la pomme xD

  • Nicolas Paquereau

    Bonjour
    Quand le système d’exploitation Android est attaqué comme cela par la commission européenne est ce Google la firme de alphabet qui paye (10% du chiffre d’affaires seulement de Google ) ou bien tout alphabet (en gros tout le chiffre d’affaires de alphabet )

  • Benji

    « les développeurs peuvent ensuite préinstallés n’importe quelle application »

    • Insomnia

      ce qui n’est pas réellement vrai, ils doivent installer toutes les apps de Google : gmail etc…

      • Benji

        J’ai juste cité ça pour montrer une faute d’orthographe au rédacteur ^^

  • Insomnia

    Position dominante laisse moi rire, android est l’OS le plus utiliser et alors ?? Google n’oblige pas un constructeur à installer tel ou tel version, il en existe deux.

    • Atlas

      Google force les constructeurs à installer Chrome et Search juste pour le PlayStore.

  • joe2x

    Microsoft était accusait parce qu’il abusait de sa position dominante sur les OS desktop (95% des machines desktop dans le monde était sous Windows) pour s’imposer sur un autre marché, le marché des navigateurs avec IE.

    « si on veut pas les utiliser, on les utilise pas, et on installe autre chose…. »
    Là n’a jamais été la question. Du temps de IE, on pouvait toujours installé un autre navigateur. Le problème est que les navigateurs concurrents ne pouvait pas être utilisé par l’utilisateur lambda, le plus marché.

    Pourquoi ? Une utilisation basique, et IE conveniait parfaitement à son usage. Les concurrents auraient pu subvenir à ses besoins mais manque de chance, ils n’étaient pas visibles en premiers. L’herbe était coupé sous le pieds quelques soit les efforts pour améliorer le produits techniquements. Les concurrents étaient devançait sur la partie marketing parce qu’il ne bénéficiait pas d’un département au sein de leur entreprise d’une position dominante

    La plainte n’a jamais été porté par l’utilisateur, mais par les entreprises. D’ou la possibilité d’installé un concurrent, on s’en fou. Là, n’est pas le problème des entreprises qui abuse de leur position dominante sur un secteur pour s’imposer sur un autre.

  • Biobak Underscore

    Google préinstalle ses applis sur son propre OS et c’est un problème? Apple installe bien Safari et personne ne va déposer plainte…

    • Insomnia

      C’est simplement parce que OSX n’est pas plus répandu si c’était le cas, je peux te dire que l’UE aurait déjà mis les mains dedans.

    • Atlas

      Non le fait est qu’Android n’est pas l’OS de Google justement. Il est open-source. Quand les constructeurs tiers veulent installer le PlayStore, Google les force à installer Chrome et Search. Ils ne le feraient pas sinon. C’est un abus de position dominante.

      Apple par contre ne force personne car personne n’utilise iOS à part eux.

  • koala

    Tiens je vais porter plainte contre Mc Do car ils vendent pas du Burger King dedans…..au lieu de faire chier Google ils feraient mieux de s’occuper de l’Europe cette bande de branleurs

    • Atlas

      Mauvaise analogie.
      Ils font plusieurs choses a la fois tu sais.

    • joe2x

      Euhh c’est quoi le rapport entre un abus de position dominante sur un secteur pour s’imposer sur un autre avec ton exemple?

      Mac Do influence t’il le marché du burger auprès des mordus du burger et surtout des novices?

  • Insomnia

    Je trouve comme bizarre quand on entends que Google oblige les utilisateurs ou constructeurs à installer leur store….
    Donc en clair Google est obligé de proposer son store sur n’importe quel support ???
    Apple n’a pas ce soucis simplement parce qu’ils n’ont pas de position dominante ?? Il faudrait montrer patte blanche, position dominante ou pas, l’égalité doit être identique…

    • Atlas

      Non Apple n’a pas ce souci car leur OS n’est pas offert gratuitement à tous.

  • Atlas

    Microsoft vendait son OS à des tiers, Android est utilisé par des tiers. Ce n’est pas le cas de iOS qui n’est utilisé que sur des appareils Apple.

    • bouh

      je pensais que quelque chose m’échappais .. merci pour les précisions