Brexit : un hacker aurait piraté les listes électorales et trafiqué les votes

Selon un rapport parlementaire britannique publié mercredi, le site d’inscription sur les listes électorales pour le référendum sur le Brexit aurait pu être attaqué par la Russie ou la Chine. Une information qui fait froid dans le dos mais qui ne présente pourtant aucune certitude et donc à prendre avec précaution.

Berçait : un piratage sur le site des inscriptions sur les listes électorales

Un rapport parlementaire britannique, publié mercredi, soulève l’hypothèse d’une cyberattaque sur le site d’inscription sur les listes électorales pour le référendum sur le Brexit, à l’initiative de la Chine ou de la Russie. Un crash du site serait survenu la veille de la clôture des inscriptions. Le 7 juin 2016, soit 16 jours avant le scrutin, des anomalies auraient été constatées.

Selon les Inrocks, le site aurait été inaccessible environ 1h40 avant la clôture définitive des inscriptions. A 10h15, la connexion s’avérait impossible. Le dernier jour, environ 515 256 connexions auraient été enregistrées, un chiffre pour le moins inhabituel aux yeux du gouvernement, y voyant un regain d’intérêt des électeurs suite à un débat télévisé. La clôture avait même été repoussée de deux jours.

Incertitude sur une cyberattaque

Dans son rapport, le Comité parlementaire britannique n’exclut pas la possibilité d’une cyberattaque, mais il ne peut pas davantage certifier que le site ait pu subir un hack. D’ailleurs, pour le Bureau du Cabinet britannique, qui a mené sa propre enquête, la panne trouve simplement son origine dans « l’augmentation des utilisateurs juste avant la date limite d’inscription » et « aucune preuve » manifeste d’une intrusion illégale n’est présente.

Chine ou Russie ? Il faut choisir

Si le rapport n’est pas apte à identifier de façon précise l’auteur de l’attaque potentielle, leurs soupçons sont dirigés vers la Chine ou la Russie, dont les hackers sont spécialisés dans la « psychologie de masse et l’exploitation des individus ». D’autant plus qu’il existerait des antécédents avec ces deux pays, qui auraient été à l’origine d’incidents similaire par le passé. S’il n’existe aucune preuve pour le moment, le Comité a invité le Gouvernement britannique à installer un nouveau système de cybersécurité.

Réagissez à cet article !
  • lehulk

    theorie de complot pour essayer de justifier une defaite ou essayer d annuler un vote qui ne va pas dans leur sens.
     » on a PEUT ETRE été hacké on est PAS SUR ,on a PAS de preuves et ca vient de chine ou de russie  » MDR !!!

  • joe2x

    Etait il necessaire de passer par Internet pour les votes ? Comme on peux le remarquer à plusieurs reprises, dès qu’un système est sur Internet, il y a toujours un risque de hack et donc de triche.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
fdcabe1a6c0cfcce1b35446880c0015aBBBBBBBBBBBBBBBBBB