Banana Peel Challenge : le nouveau défi du web débile et affligeant

Date de dernière mise à jour : le 10 avril 2016 à 20 h 38 min

Le #BananaPeelChallenge, c’est le nouveau défi du web très à la mode sur les réseaux sociaux. Un défi qui s’avère une fois encore complètement débile et même carrément affligeant. On vit vraiment une époque formidable, n’est-ce pas Mr Darwin ?

La mode des défis sur les réseaux sociaux n’est plus toute récente. Si le Ice Bucket Challenge avait pour but de récolter des fonds pour diverses associations, on ne peut pas dire que les défis qui ont suivi aient permis de montrer qu’internet permettait de s’élever intellectuellement.

On a vu des jeunes et des moins jeunes s’adonner à des défis plus ou moins étranges comme le #A4WaistChallenge, très en vogue en Chine, où le but pour les demoiselles est de montrer que leur taille est plus fine que la largeur d’une feuille A4. Oui c’est débile et ça peut vite virer à un problème d’estime de soi pour des jeunes filles déjà confrontées en permanence à des normes physiques totalement surréalistes.

On pensait avoir tout vu avec ce challenge mais c’était sans compter sur l’imagination d’individus tous plus intelligents les uns que les autres. Avec le #BananaPeelChallenge, on touche carrément le fond. Le but du défi : faire exprès de glisser sur une peau de banane et se filmer en train de se vautrer royalement sur le sol. On vous avait prévenu que c’était complètement c**.

Cette idée de génie, c’est Jason Oakes qui l’a eue. Comme il s’ennuyait royalement ce week-end il s’est dit « Mais au fait, les peaux de bananes glissent-elles vraiment comme dans les cartoons ? ». Il a tenté l’expérience, en se filmant évidemment, et a posté sa vidéo sur les réseaux sociaux. Et voilà, le défi #BananaPeelChallenge est né.

S’en est suivi une tripotée d’autres vidéos d’adolescents visiblement dotés d’un QI très élevé. C’est vrai que le week-end, en 2016, il n’y a absolument rien à faire : lire un bouquin, glander devant Netflix, aller voir ses potes, faire du skate, du roller, jouer au basketball etc. Bref, quand on est ado en 2016 on se fait tellement ch*** qu’on a que ça à faire de s’éclater la tête par terre en glissant sur une peau de banane.

Et évidemment, comme sur le web c’est toujours les choses les plus intelligentes qui sont virales, le #BananaPeelChallenge connaît un succès monstre. Darwin doit se retourner dans sa tombe.

 

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • hein

    pourquoi en parler alors?

    • Vu la manière dont l’article est rédigé.
      C’est évidement pour dissuadé les personnes influençable.

  • Bulldozer

    « Bref, quand on est ado en 2016 on se fait tellement ch***…  »
    Ils ont tout: Internet, Smartphone, tablette, scooter, console de jeux, bouquet de chaînes tv… et ils arrivent à se faire ch… Oo

    • On est une société de surconsommation, on en veux toujours plus.

  • Pol pot

    Qui êtes-vous pour juger de ce qui est débile ou pas ?
    Je préfère 2 mecs qui S’AMUSENT à se filmer en glissant sur une peau de banane plutôt qu’un connard qui fait une roue arrière en scooter/moto au beau milieu de la route…

    Y’a plus grave qu’une peau de banane et plus important comme sujet à traiter…

    • Pol pot

      Et ne parlons pas de vos propos dégoulinant de condescendance et pseudo supériorité vis à vis de ces ados au QI d’huître…

    • jean-luc Mutabazi

      C’est vrai mais bon quitte à tuer le temps autant faire des trucs vrai et intéressant. Surtout nous les jeunes. Faire des vrais challenges qui sont danger et apporte un plus. Pk pas l’histoire challenge 😂😂

  • Richard

    Si il y en a un qui se tue avec ça, Darwin Award direct… Les gens font de plus en plus de choses stupides.

  • Salva

    Darwin a tout faux, comme disait un grand chanteur « Oh non l’homme descend pas du singe, Il descend plutôt du mouton. »

  • Antros Chain

    Oh une belle série de Darwin Awards qui s’annonce ^^
    Et comme disait Albert Einstein « Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. »