Attentat de Nice : le ministère de l’Intérieur demande des comptes au prestataire de SAIP

Après les attentats de Nice qui ont provoqué la mort de 80 personnes beaucoup se sont interrogés sur le cafouillage de l’application SAIP gouvernementale. Celle-ci a en effet sonné l’alerte plus de deux heures après le terrible attentat. Le prestataire est convoqué aujourd’hui au ministère de l’Intérieur pour s’expliquer. Pendant ce temps, l’immense fail du SAIP est repris par la presse internationale.

SAIP-alerte

L’application SAIP gouvernementale… quand elle marche

L’info vient de Télérama : Deveryware, le prestataire qui a développé l’application d’urgence SAIP est convoqué au ministère de l’Intérieur. Et on imagine que Bernard Cazeneuve ne va pas le complimenter. Car les conséquences du retard du système d’alerte mobile SAIP auraient pu être extrêmement graves si l’attentat était une attaque coordonnée comme à Paris quelques mois plus tôt.

Cette application devait initialement éviter l’envoi de SMS jugé trop coûteux, et afficher une alerte sur le téléphone avec des conseils pour se mettre à l’abri « dans les 15 minutes ». Hier, c’est plus de deux heures après les faits, que ceux qui avaient téléchargé l’app se sont vu conseillés de « se mettre à l’abri ». Heureusement, Facebook Check est arrivé dans les temps, lui, permettant à un maximum de personnes de signaler à leurs proches qu’elles allaient bien.

Le rendez-vous était à 15 heures, et il se poursuit peut être au moment où nous écrivons ces lignes. On imagine que les responsable de cette bévue ne doivent pas en mener large. Au-delà de cet immense cafouillage qui n’a heureusement pas causé de sinistres conséquences supplémentaires, il y a le coup porté à notre crédibilité. Car le bug SAIP d’hier commence aussi à faire les gros titres… à l’étranger.

International Business Times, The Telegraph, The Verge, Le Huff Post US, Le Telegraph, Handelsblatt, Berliner Zeitung… l’applications SAIP se fait une bien étrange publicité internationale, et la France avec. Espérons en tout cas que les leçons de ce gros foirage high-tech seront retenues et le système nettement amélioré.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • pbcbn

    Au delà de ça, on peut facilement dire que la société éditrice de SAIP va avoir quelques difficultés à décrocher d’autres contrats…

    • Atlas

      Connaissant le gouvernement la faute n’est probablement pas du cote de l’appli mais plutôt de la chaine qui autorise la diffusion de ces messages.

  • Florian Alonso

    Sur mon téléphone dans les réglages j’ai une lignes «diffusions cellulaires», y’a un rapport avec ça?
    Ça parle d’alerte CMAS et alerte ETWS c’est quoi ça?

    • Atlas

      Un truc que le gouvernement n’a pas voulu utiliser pour une raison inconnue mais que plein de pays utilisent (Japon, USA… )

      • Florian Alonso

        Ha d’accord donc en France ça ne sert a rien?
        La France a encore voulu faire autrement que les autres et utiliser un système qui ne fonctionne pas c’est ça?

        • Atlas

          Visiblement !

        • samjey

          Minitel staïle!

  • Matthieu

    En fait, elle fonctionne comment cette application ?
    Elle se base sur un recueil de données de la part de différents utlisateurs ?

  • pierrot

    Une application complétement nulle ! une réponse technologique inappropriée, elle passe par la 3G ! Il existe des normes internationales pour transmettre une alerte sur tous les téléphones des populations menacées par un risque, sans qu’elles aient besoin d’installer une application, et en respectant leur vie privée. C’est la diffusion Cellulaire ! Pourquoi le gouvernement ne prend pas les mesures nécessaires avec des moyens efficaces d’alerte?? Il n’y a besoin d’aucune application et ça marche sur TOUS les téléphones même les plus anciens et même les étrangers sont prévenus. On ne peut pas utiliser le réseau 3G pour alerter les gens en cas d’alerte car il serait totalement saturé !.

    • Jérémie

      Depuis toujours, le gouvernement ne fait que des choix qui vont lui permettre une certaine visibilité. L’efficacité n’est pas le but ultime. Il faut montrer, dire qu’on a fait quelque chose…
      Temps qu’on sera dans cette otpique, les solutions efficaces qui existent déjà ne seront pas la priorité car ils ne pourront pas communiquer sur la présentation d’une « nouveauté »….
      On en parle ici pour l’application mais il en est de même pour la gestion de cette guerre contre 30 000 bonhommes qui mettent le souc sur toute la planète !
      Le parti politique en place au gouvernement ne changera rien à cela, ils sont tous pareil….