L’ARCEP veut augmenter les prix de l’ADSL pour vous forcer à passer à la fibre

La fibre est le nouveau défi des opérateurs et du gouvernement. Mais aujourd’hui le très haut débit en France est sous-exploité : seulement 31% de souscriptions. Pour améliorer ces chiffres, l’ARCEP envisage d’augmenter les prix de l’ADSL pour vous forcer à passer à la fibre.

meilleures offres adsl fibre

Voilà une nouvelle qui risque bien de faire grincer des dents. L’ARCEP est bien déterminée à faire adopter la fibre par un maximum de foyers. Si le déploiement est à la traîne, l’Etat et les opérateurs se sont mis d’accord pour investir en masse et développer le très haut débit en France. Mais une fois les foyers éligibles, encore faut-il qu’ils optent pour une offre fibre.

Selon l’ARCEP, en mars 2016, 14,5 millions des logements étaient éligibles au très haut débit fixe, dont 5,6 millions en fibre dite FTTH. Mais à peine 4,5 millions s’y étaient abonnés, dont 1,4 million en FTTH. C’est peu, mais c’est compréhensible.

Car aujourd’hui, tout le monde n’a pas besoin de la fibre. Certains utilisateurs n’ont pas nécessairement d’un besoin énorme en débit pour leur usage. D’autres n’ont pas forcément les moyens de payer un abonnement mensuel bien plus élevé qu’une offre ADSL. Car oui, la fibre coûte bien plus cher qu’une offre ADSL classique.

Qu’à cela ne tienne, l’ARCEP a la solution : augmenter les tarifs de l’ADSL pour forcer les utilisateurs à adopter la fibre. En relevant les tarifs de gros du cuivre, le régulateur veut provoquer une hausse des prix pour le client et ainsi accélérer la migration vers la fibre optique.

Précision importante : par cuivre l’ARCEP entend la paire de cuivre utilisée pour le téléphone et l’internet xDSL. Les forfaits « câble » de SFR ne sont donc pas concernés. Heureusement pour l’opérateur d’ailleurs.

Pour mettre son plan en marche, l’ARCEP va donc lancer une consultation publique des opérateurs. Le but est de trouver un accord pour augmenter les tarifs du cuivre dans certaines zones géographiques. Pour quoi localement ? Parce qu’augmenter les forfaits ADSL dans les zones où la fibre n’est pas disponible n’est absolument pas logique. Les consommateurs n’ont pas le choix dans ces régions, c’est l’ADSL ou rien.

En revanche, pour d’autres régions, là où les foyers sont bien reliés à la fibre, une hausse des tarifs de l’ADSL est pertinent pour le gendarme des télécoms. Et c’est Orange qui devra tomber d’accord avec l’ARCEP puisque c’est lui qui est propriétaire des lignes. Il facture ensuite l’exploitation de ses lignes aux autres opérateurs. C’est ce qu’on appelle le dégroupage.

Des tarifs inégaux selon les régions ?

L’ARCEP propose donc à Orange d’augmenter les prix de la connexion de ses concurrents à son câble cuivre lorsqu’ils proposent en même temps la fibre dans une même région. Mais Orange ne devra pas inciter ses clients à rester en ADSL si les concurrents proposent de la fibre.

Le problème c’est que les prix des forfaits vont forcément augmenter en conséquence, il ne faut pas rêver non plus. Et là on se retrouverait avec des tarifs inégaux selon les régions. D’ailleurs, il faut que l’ARCEP et les opérateurs trouvent comment déterminer qu’une région est fibrée ou non.

Par exemple, si vous habitez à Paris et que vous pouvez souscrire à une offre fibre, les tarifs de l’ADSL seront plus élevés que si vous êtes en campagne sans fibre. On aurait donc des forfaits ADSL plus chers dans certaines régions de France qu’ailleurs. On voit tout de site venir la grogne des consommateurs et c’est bien normal.

Dans tous les cas de figure, les FAI ont jusqu’au 9 septembre pour proposer leurs idées. Mais une chose est sûre, cette nouvelle proposition de l’ARCEP risque de ne pas être très bien accueillie.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !