Après SFR, Numericable veut racheter Bouygues Telecom

Et si après s’être emparé de SFR, Altice, maison-mère de Numericable jetait son dévolu sur Bouygues Telecom. C’est, en tout cas, ce que pourraient laisser penser les récentes déclarations du PDG d’Altice, Dexter Goei, à l’occasion de la dernière conférence sur les Telecom, organisée Morgan Stanley, qui se déroulait, ces jours-ci à Barcelone.

A l’heure actuelle, nous sommes en train d’intégrer SFR, mais si nous recevons un appel de Bouygues vendredi, alors pourquoi pas ?

rachat Bouygues Telecom Numericable
Et si Numericable rachetait Bouygues Telecom.

Un rachat de Bouygues Telecom par Numericable qui reste, pour l’instant, à prendre au conditionnel, car pour l’heure rien n’est fait. Il est donc seulement question de probabilité, même si pour Dexter Goei, il y a « un grand potentiel de synergie entre les deux ». Par ailleurs, l’expérience nous a déjà prouvé que quand Altice veut quelque chose, l’entreprise met tout en œuvre pour parvenir à ses fins. Le groupe était d’ailleurs en concurrence avec Bouygues Telecom dans le cadre du rachat de SFR avant que ne démarrent les premières négociations.

Un rachat de SFR pour lequel Altice/Numericable aura du débourser la somme de 14 milliards d’euros. Quand on sait que le potentiel d’achat de Bouygues Telecom a été estimé par les analystes entre 4,5 et 5 milliards d’euros, comme l’a d’ailleurs rappelé Dexter Goei, alors Altice n’aurait pas besoin d’augmenter son capital.

Des propos qui laissent en tout cas penser que Numericable a déjà pris sa décision et cherche désormais à interpeller directement Martin Bouygues par le biais de ces déclarations :

Si vendredi, nous recevons un coup de téléphone de Bouygues, alors pourquoi pas ? Nous aurons cette discussion. Je serais surpris s’il n’y avait pas d’effort en 2015 pour que la consolidation en France se fasse.

De son côté, Bouygues Telecom qui souffre actuellement de la concurrence féroce du marché mobile en France ne se fait plus d’illusions en ce qui concerne l’année en cours mais entend bien redevenir compétitif en 2016.

Réagissez à cet article !
  • Allan Landstar

    Bouygues ne vendra pas, il préfère mourir que de vendre de plus, Bouygues Télécom est en pleine restructuration pour faire des économies.

    • sckar

      Et en plus de ça, Numéricable ne seras pas autorisé a racheter Bouygues vu qu’il possède déja SFR.

      • Allan Landstar

        Voilà.

      • Marc Le-corguillé

        Je pense pas que se soit le rachat de SFR qui pose problème, mais bien le fait que Numericable n’a pas encore stabiliser son rachat et devra supporter deux fois plus de boutique pour une seule marque et devra proposer de garder les employés de Bouygues quelques temps et ça à un coup non négligeable. Egalement les syndicats qui refuseront catégoriquement se laisser cette achat se faire pour éviter une réduction massive de ces employés…
        FREE serai le meilleur repreneur dans cette état car pas beaucoup de magasins et ça lui permettrait de garder beaucoup plus d’employés….

        • JimFossile

          Je ne pense pas que l’ADLC puisse légitimement refuser. En revanche, elle peut poser des conditions suffisamment contraignantes pour que ce ne soit plus vraiment intéressant.

    • Blowminder

      On voit bien comment ils veulent faire des economies, vu l’augmentation du prix de certains abonnements…

      • sckar

        Et on voit surtout pas que Numéricable a un déficit de quelques millions d’euros, mais ce permet de payer des milliards pour acheter d’autres filliales….

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
SFR abandonne son plan pour fibrer la France

Le Secrétaire Général du groupe SFR, Régis Turrini, a officiellement confirmé que l’opérateur renonce à couvrir entièrement le territoire français en Très Haut Débit d’ici 2025. Une décision attendue tant le groupe est à l’agonie.

Orange : après la banque, l’opérateur veut vous vendre de l’électricité !

Orange se voit bien comme un fournisseur d’électricité en France après avoir lancé des services bancaires. La stratégie de diversification continue. Les consommateurs pourront avoir recours aux services d’Orange pour le fixe, mobile, la banque et le courant électrique. D’ailleurs ce secteur n’est pas étranger à la firme française qui est présente dans de nombreux pays.