Apple paie 318 millions d’euros pour fraude fiscale en Italie

Il y a quelques jours, Tim Cook qualifiait les règles de fiscalité de « conneries politiques ». Aujourd’hui, on apprend que la filiale d’Apple en Italie a accepté de verser 318 millions d’euros suite à une enquête pour fraude fiscale. Explications.

apple fraude fiscale italie

Hugues Micol. Dernier album paru: «Providence» (Cornélius)

En Europe et aux Etats-Unis, les géants américains comme Apple, Google, Amazon ou Facebook sont vivement critiqués pour leurs politiques d’optimisation fiscale. Ces entreprises sont accusées de vouloir échapper à l’impôt en établissant des sièges dans des paradis fiscaux comme l’Irlande ou encore le Luxembourg.

Ces pratiques, la Commission Européenne n’en veut plus et pour lutter contre ces multinationales elle a lancé début décembre une enquête de grande ampleur. La Commission vise particulièrement MacDonald’s, Apple ou encore Amazon.

Aujourd’hui, un porte-parole de l’agence italienne des impôts a révélé dans le journal La Repubblica que la filiale italienne d’Apple avait accepté de verser 318 millions d’euros suite à une enquête pour fraude fiscale. Apple Italia a été accusé par les services antifraude de ne pas avoir payé l’IRES, qui est l’équivalent de l’impôt sur les revenus en Italie, entre 2008 et 2013. Au total, les autorités italiennes réclamaient 880 millions d’euros à Apple.

Après plusieurs mois de négociations, la filiale italienne du géant américain, dont le siège européen est établi en Irlande a fini par céder. Ce ne sont pas 880 millions d’euros qui seront versés mais 318 millions.

Pourquoi cette décision est-elle si importante ? Parce que selon les autorités, elle pourrait constituer un précédent, une sorte de jurisprudence, dans d’autres enquêtes pour fraude fiscale en Europe. En effet, en France par exemple, Apple ne paie pratiquement pas d’impôt, les recettes de la firme étant déclarées en Irlande, là où l’impôt est particulièrement bas. Un manque à gagner considérable pour de nombreux pays européens.

Une bien mauvaise nouvelle pour Tim Cook qui déclarait que toutes ces histoires d’impôts étaient des « conneries politiques » et que la législation actuelle n’était pas en adéquation avec les systèmes modernes.

Via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Stéphane F

    Le monde des bisounours

  • fred

    Ah il vole aussi les états??? lol

    • Camarade Staline

      on a qu’a redistribuer l’argent aux pauvre

  • crachoveride

    On se demande bien qui de Tim Cook ou des politiques dit le plus de conneries pour le coup…

  • leswitcheur

    Un précédent ? Tenez-vous au courant, un précédent, il y en a déjà eu un avec Google, qui s’est vu redresser d’un milliard d’euros en France en février 2014… Somme provisionnée par Google en avril de la même année.

    • l’invité

      provisionner en vu de… Mais non payé.
      L’affaire est loin d’être terminé puisque toujours contesté par Google.
      Contrairement à ici, ou d’après les dires du fisc italien Apple accepte de payer. Donc c’est bien un précédent.

      • leswitcheur

        Ah, c’est le fait d’accepter de payer, le précédent ? Dans ce cas, les autres pourraient s’en inspirer alors !