Apple aurait pu racheter BlackBerry, pour contrer Android ?

Date de dernière mise à jour : le 24 mai 2016 à 10 h 19 min

Si la société Google était celle qui semblait la plus intéressée au rachat de BlackBerry, nous vous avions indiqué qu’un des actionnaires de l’entreprise, Fairfax, avait émis le souhait du rachat de celle-ci.

Finalement, nous découvrons que BlackBerry a refusé l’offre d’achat et vient de lever 1 milliard de dollars via des investisseurs pour se sortir de sa situation précaire. Pourtant, une source nous informe que la société Apple faisait partie des acheteurs potentiels de la marque (à l’instar de Microsoft).

BlackBerry aurait pu être racheté par Apple, pour contrer Android ?

Vous aviez au cours de certains commentaires sur nos articles, évoqué l’idée que la firme de Cupertino reprenne les rennes de la société canadienne. On imagine fort bien que les produits Apple n’ont rien à envier aux téléphones BlackBerry, mais que la force de la marque tient surtout dans la multitude de brevets qu’elle détient.

Dès lors, il semblait logique que le constructeur Apple soit intéressé par BlackBerry et ai souhaité racheter la société. Vous aurez au passage remarqué que les brevets sont le principal sujet de procès et conflits entre différents fabricants, récemment, Apple et Microsoft qui ont déclaré la guerre à Google.

BlackBerry a néanmoins pris le risque de se donner une seconde chance, mais si les pertes de la société se poursuivent, la chute risque d’être encore plus brutale pour cette dernière. Pour la communauté Android, ce souhait de rachat aurait sans doute été une manière de contrer l’OS de Google grâce au rachat des brevets, étant donné que le système est considéré comme étant un produit volé (encore une histoire de brevets dira l’autre).

La suite de l’histoire, au prochain épisode, quand nous en saurons plus sur la santé prochaine de la marque à la mûre. Et vous, pourquoi Apple aurait-il voulu racheter BlackBerry ?

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Esykie

    Je pense que Google n’en a strictement rien à battre des guéguerres de brevets. Il me semble même l’avoir entendu de la bouche du CEO mais je n’ai pas de lien sous la main.
    Il va faire comme il a toujours fait, comme il l’a fait avec l’EU, il va laisser couler et continuer tranquillement dans son coin à faire sa popote. Jamais Android ne sera interdit à la vente, quelque soit le brevet enfreint (s’il y en a un…), jamais Google ne payera Apple ou Microsoft plus que ce qu’il le fait déjà, et Apple ne poussera pas le procès trop loin de peur de se voir refuser la vente de microprocesseurs.

    Encore un procès pour faire du vent, à part peut-être pour Sony qui pourrait se retrouver privé d’OS mobile si Google en a l’envie.

    • Jason Champagne

      À voir où mèneront toutes ces histoires (c’est presque du « Feux de l’Amour »), mais avec moins d’amour :D.

      La suite au prochain épisode !

      • Esykie

        Surtout que bon, (microsoft je ne sais pas, mais sûrement en partie également) Apple la joue vachement déloyale : son OS majeur (OSX et ses prédécésseurs) est basé en TRES grosse majorité sur du logiciel libre, donc non brevetée (juste un copyleft ou équivalent), mais quand eux inventent quelque chose : pas question de partager !
        Faudrait que la licence libre soit mieux construite et dise « vous pouvez utiliser ceci tant que vous le voulez sauf pour l’inclure dans un projet qui contient une licence fermée ». Ca serait un gros boum pour les sociétés dont on parle dans l’article, et je me marrerait beaucoup (pour le coup hein, après ça ne devrait pas être comme ça et heureusement ça ne l’est pas, certains pensent à l’innovation avant de penser au profit)

        • Jason Champagne

          En bref, pas d’utilisation de technos sous licence libre, si la finalité du produit est à titre lucratif ou breveté comme tu dis.