Android vs iOS : y a-t-il encore une différence ?

Au fil des années, Android et iOS ont eu tendance à beaucoup se rapprocher et à s’influencer. Si bien qu’aujourd’hui mis à part quelques dernières incompatibilités artificielles, peu de choses différencient l’expérience utilisateur d’un système à l’autre. Or, il semble au vu du chemin parcouru que ces différences pourraient tout à fait complètement disparaître. Enfin ?

android ios

Android et la toute première version d’iOS ont été lancées en juin 2007 pour accompagner les tous débuts des smartphones. A ses débuts, la principale différence entre les deux systèmes d’exploitation mobile est une différence de philosophie. Apple cherchait à faire un smartphone simple à utiliser et fluide, et à lancer un cycle d’innovation qui devait profiter à l’ensemble de son écosystème.

Google se lance dans l’aventure avec un tout autre modèle économique : il ne s’agit pas forcément de fabriquer les smartphones sur lesquels Android va fonctionner. Mais essayer de convaincre la plus grande partie des fabricants d’utiliser Android. C’est essentiellement la suite des applications Google qui permet à la firme de générer de la valeur. Android est un système open source à la base pour l’architecture ARM que les fabricants et les utilisateurs peuvent adapter à leur guise.

iOS, système fermé, Android système ouvert : vraiment ?

En contraste iOS est un système fermé et propriétaire et ne peut être installé que sur des iPhone, iPad et iPod. Bien sûr, dès le début cette opposition n’est en réalité pas tout à fait réelle, notamment à cause du jailbreaking, sorte de root pour les smartphones Apple. Les années passant, aussi bien le root que le jailbreak vont devenir de moins en moins pratiques à utiliser, lorsqu’ils sont disponibles.

De fait, bien souvent lorsque l’on cherche à opposer les deux systèmes d’exploitation, la réalité est souvent moins tranchée. Certes, on ne peut pas par exemple tout changer sur un iPhone X – on ne peut pas, notamment installer de launcher tiers – mais sur iOS des applications non officielles comme Tweaker permettent en fait d’aller très loin dans la personnalisation de l’interface. Comme on pourrait le faire sur n’importe quel smartphone Android. A l’inverse on peut toujours rooter les smartphones Android ou jailbreaker certains iPhone.

Mais dans les deux cas la procédure est compliquée : Google comme Apple déploient beaucoup d’efforts soit pour carrément empêcher le jailbreak (Apple) ou pour rendre le root plus complexe et contraignant (Google). Certains éditeurs d’applications se reposent de plus en plus sur des fonctionnalités système développées par Google pour détecter les smartphones rootés et interdire la mise à jour d’applications comme par exemple celle de Netflix. Les deux ont également adoptés des fonctionnalités qui étaient la raison principale pour laquelle le jailbreak ou le root était pratiqué.

Android et iOS : des emprunts mutuels

Il y avait par exemple le mode modem, ou encore l’impossibilité de se balader dans l’arborescence des fichiers sur les iPhone (ce qui est désormais permis par une application native d’iOS 11). Les deux systèmes ont également aujourd’hui un magasin d’applications, alors qu’au départ c’était une exclusivité Apple : l’App Store a été lancé 29 juin 2007 tandis que le Play Store le 6 mars 2012. Au niveau de l’interface on remarque de nombreux emprunts mutuels : bouton Home, gestion du multitâches, passage à l’application lors de la navigation internet sur certaines pages…

L’appairage bluetooth simplifié de certains produits Apple a désormais aussi son équivalent Fast pair sur Android. On pourrait même voir un emprunt plus récent qui devrait encore plus rapprocher les deux systèmes sur la question des mises à jour. Android reste loin derrière par rapport à Apple, mais le Project Treble doit permettre à terme de beaucoup mieux mettre à jour les terminaux Android. Côté Apple, les utilisateurs avancés sont nettement moins limités qu’auparavant, avec notamment la présence d’émulateurs de terminal / SSH sur le Store.

Du côté des appareils, maintenant, on voit beaucoup de mouvement ces derniers mois, mais la sortie de l’iPhone X n’a pas forcément mis la concurrence à l’amende. Déjà parce que des constructeurs comme Samsung maîtrisaient depuis bien plus longtemps qu’Apple la technologie AMOLED, ou encore pouvait proposer de l’intelligence artificielle, des capteurs photo de qualité… Ensuite parce qu’au final, et aussi réussie soit-elle, la technologie de reconnaissance faciale Face ID s’est vite trouvé de sérieux concurrents, notamment du côté du OnePlus 5T.

Smartphone Android et iPhone : ils savent tous tout faire !

Et on ne peut pas dire que les Animoji soit un réel argument de vente (d’autant que visiblement on les verra aussi arriver sur le Galaxy S9). Tout cela pour en arriver à cette conclusion : il n’y a plus forcément de choses que l’on puisse faire sur un iPhone et pas sur un smartphone Android et vice-versa. Le fonctionnement d’iOS et Android s’est depuis ces dernières années beaucoup rapproché. Même lorsque l’on regarde dans le détail, Android O a fait beaucoup pour mieux optimiser la gestion de la RAM par exemple.

Et si on prend les performances, il faut savoir relativiser les benchmarks : on ne sent pas de grosse différence à l’usage entre des smartphones sous Snapdragon 835, Exynos 8895 ou Apple A11 Bionic, même si c’est bien ce dernier SoC qui obtient les meilleurs scores. On retrouve en outre à peu près les mêmes applications, les mêmes jeux. Bien sûr, sous Android ce qu’il faut encore c’est surtout bien choisir son constructeur, pour savoir vraiment quel sera le support des mises à jour, et accéder aux dernières fonctionnalités. Mais il semble que Treble va permettre à terme de mettre fin à cette situation.

Et des failles exploitées pour installer des applications tierces sous iOS montrent que la fermeture d’Apple a autant de limites que l’ouverture d’Android. Et on ne parle pas de la sécurité parfois tout aussi chancelante des deux systèmes. On peut utiliser un petit nombre d’accessoires Apple sous Android comme les AirPods. Et les solutions Chromecast sous iOS, notamment via Google Chrome. Et cela pourrait aller encore beaucoup plus loin, surtout si Apple décidait de mettre fin à certaines limitations qui n’ont pas de justification technique.

Android et iOS : les différences sont aujourd’hui volontaires plus qu’objectives

Comme par exemple l’incompatibilité des Apple Watch avec Android, et des montres Android Gear sur iOS, incompatibilité des derniers accessoires Apple comme le HomePod sur Android, etc. En fait il reste objectivement peu de choses qui différencient vraiment Android et iOS mis à part les incompatibilités volontaires le plus souvent instaurées par Apple. Peut-être la seule chose qui différencie encore beaucoup l’expérience utilisateur est iMessage, par rapport aux SMS sous Android, bien que là encore le mouvement est en marche avec l’adoption du RCS.

Relevons que cela montre bien le côté surfait de la dépendance des utilisateurs d’iPhone aux produits de la marque. Sans en faire une fatalité. En fait, tester un bon smartphone sous Android haut de gamme, comme le OnePlus 5T, le Pixel 2, ou le Note 8, pour ne citer que ceux-la peut aujourd’hui convaincre de nombreux utilisateurs de switcher (l’inverse est aussi vrai, l’iPhone X est par exemple un vrai plaisir à utiliser, à condition d’être prêt à multiplier votre budget par deux, ou trois !). Google a réussi à se mettre sur un pied d’égalité au prix d’efforts incroyables : contrairement à Apple, Google est dans un environnement extrêmement morcelé et complexe.

Android et iOS : demain, les derniers murs tomberont-ils ?

Samsung, l’un des plus gros vendeurs de smartphones au monde, tente par exemple d’imposer ses applications alternatives au détriment de celles de Google. Et c’est pourquoi tout cela reste très encourageant. D’abord parce qu’aujourd’hui, que l’on possède un iPhone X ou n’importe quel smartphone Android haut de gamme récent, il n’y a plus vraiment de choses vraiment exclusives à l’un ou l’autre des appareils. Ensuite, et c’est un espoir plus personnel, parce que cela met un coup de projecteur sur les quelques derniers murs qui séparent encore artificiellement les deux plateformes, et que nous pourrions voir progressivement tomber.

La différence entre Android et iOS est-elle selon-vous nécessaire ? Les « derniers murs » que j’évoque en conclusion vont-ils selon vous tomber ? Partagez votre opinion dans les commentaires !

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !