Android n’est pas un eldorado pour les développeurs d’applications

Maj. le 25 février 2015 à 9 h 53 min

Le monde du développement sur smartphone et tablette est, on le sait, de plus en plus diversifié et de plus en plus vaste. Créer sa propre application n’a jamais été aussi simple qu’aujourd’hui, aidé en cela par les systèmes d’exploitation mobiles qui offrent les outils pour aider les développeurs à se lancer. La conception d’applications peut dès lors apparaître comme la solution miracle pour beaucoup de développeurs en herbe qui espèrent trouver l’idée qui terminera sur des millions d’appareils.

Android développeurs

Ce marché n’est pourtant pas un eldorado, loin de là, comme le prouve une étude de l’organisme Developer Economics dans son rapport « State of the Developers Nation », établi sur le début de l’année 2014. Pour ce faire, plus de 10.000 développeurs de 137 pays à travers le monde ont été consultés pour connaître leur méthode de travail et leurs revenus depuis qu’ils se sont lancés dans la créations d’applications.

Derrière des résultats très techniques se dégagent néanmoins quelques grandes tendances que l’on peut analyser. Cela ne surprendra personne : Android et iOS constituent les systèmes d’exploitation privilégiés des développeurs. Respectivement 70 et 51% des développeurs créent ou projettent de créer des applications sur ces OS, même si Windows Phone consolide une troisième place solide avec 28% (Blackberry plafonne à 11% quant à lui).

La statistique la plus intéressante concerne cependant le pourcentage de développeurs qui parviennent à vivre de leurs créations, et les résultats peuvent sonner comme un retour à la réalité pour certains. En effet, la moitié des développeurs sur iOS et 64% sur Android touchent moins de 500 dollars (370 euros) par mois pour l’application qu’ils ont créé.

La moitié des développeurs Android touche même moins de 100 dollars (74 euros), un pourcentage encore plus élevé pour Windows Phone et Blackberry pour des raisons cependant différentes : la surabondance de l’offre pour les premiers, la médiatisation moindre des OS pour les autres.

Quant à ceux qui parviennent à percer dans le milieu, il est vrai que le business peut s’avérer très lucratif, 1,6% des développeurs déclarant toucher plus de 500.000 dollars par mois. Mais ce chiffre tient compte pour l’essentiel de ceux qui reçoivent le soutien de larges éditeurs et de grosses compagnies. Les success stories restent donc très rares.

Quant aux jeux en particulier, certes ils représentent une manne potentielle réelle puisque, pour 33% de développeurs de jeux au total, ces derniers représentent 80% des revenus des markets. Mais là non plus rien n’est assuré : 57% de cette catégorie de développeurs déclare ainsi gagner moins de 500 dollars par mois. Une statistique qui tient pourtant compte des lucratifs achats in-app, très présents dans les jeux sur smartphone, et dont la présence ne peut désormais plus permettre à une application de se déclarer gratuite.

Les opportunités se raréfient donc face à l’engorgement du marché. En dépit du potentiel attractif des markets et de la possibilité de créer sa propre application, le succès n’est que très rarement au rendez-vous.

Via

Réagissez à cet article !
  • Atlas

    Super intéressant. Impressionant comme Blackberry a encore une communauté de développeurs plutôt fidèles.

  • BabaTheBeast

    C’est triste… mais quand on lit le niveau des commentaires dès qu’une application n’est pas gratuite, ce n’est pas étonnant… Notre société a perdu tous ses repères, les gens veulent tout, tout de suite et tout gratuit. On voit des jeux à 2 ou 4€ et ils hurlent… les mêmes qui claquent 600€ dans un téléphone et qui brûlent 7€ par jour de clopes… C’est la génération d’aujourd’hui, qui fait bien pitié à lire, tant le niveau de réflexion (et d’orthographe) est nivelé par le bas.
    Personnellement, j’achète les applications même quand il y a une version gratuite suffisante (genre Apex Launcher). Ca me parait juste normal de soutenir le travail fourni par des passionnés.

    • alex

      Personnellement j’ai la même opinion que toi mais j’ai pas assez d argent pour soutenir les développeur (je tiens a préciser que j ai 14 ans)

    • Tux

      Dans le même délire, les commentaires français « ohlol tro nul ton appli el es mm pas en francai! je met 1 sur 5 »

  • alex

    Heu en parlant de développement , est ce que quelqu’un a réussi a installer le sdk sur un PC tournant sur windows 8.1 ? Parce que pour moi il m est impossible de lancer eclipse :/

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Android : Oreo au point mort avec 0,5% des terminaux, Marshmallow passe en dessous des 30%

Découvrez la répartition des versions d’Android du mois de décembre à travers le classement que vient de publier Google, Oreo ne représente que 0,5% de part de marché et Marshmallow passe en dessous des 30%. Il reste encore beaucoup de chemin pour arriver au niveau du Nougat et Marshmallow. Analysons le classement pour voir de quoi il retourne exactement.