Android : Google va devoir payer une nouvelle amende pour abus de position dominante

Android permet-il à Google d’abuser de sa position dominante ? Oui, selon la Commission Européenne qui s’apprête à infliger une nouvelle sanction contre Google. Plusieurs sources concordent sur un verdict entre juin et juillet. Google avait déjà dû payer en juin 2017 une amende d’un montant record de 2,42 milliards d’euros. Cette fois-ci, Bruxelles estime que l’entreprise favorise trop son navigateur Chrome et Google Search. Le montant de l’amende peut aller jusqu’à 10% du chiffre d’affaires annuel de l’entreprise. 

Bruxelles s’apprête à infliger une nouvelle amende à Google à cause d’Android. Selon la Commission Européenne, Google aurait ainsi utilisé la vaste base d’utilisateurs Android pour accroître sa main-mise sur le marché publicitaire via Chrome et Google Search. L’info n’est pas encore officielle, mais l’enquête court depuis plusieurs mois : des sources citées par nos confrères de BFM Business évoquent une officialisation à la mi juin ou début juillet. Le montant de l’amende qui pourrait atteindre jusqu’à 7,5 milliards de dollars n’est pas encore connu et les deux parties ont refusé de commenter l’information.

Android : Google, à nouveau dans le viseur de Bruxelles

Ce serait ainsi la deuxième amende infligée au géant du net par la Commission Européenne, à un an d’intervalle. En juin 2017, l’institution avait en effet estimé que Google abusait de sa position dominante avec AdSense sur Android en limitant volontairement l’affichage de certaines publicités venues de régies tierces. Un comble alors qu’AdSense représente déjà 80% du marché en Europe. La sanction était de taille, puisque la firme devait s’acquitter de quelques 2,45 milliards d’euros. Mais elle a fait appel (le verdict définitif devrait tomber en 2019).

Cette fois-ci, plusieurs choses sont reprochées : la firme obligerait les fabricants de smartphone à installer Chrome avec Google comme moteur de recherche par défaut pour pouvoir installer le Google Play Store. Google empêcherait également les fabricants de proposer des smartphones avec des OS concurrents basés sur le code Android Open Source. Par ailleurs, la Commission soupçonne Google d’utiliser des incitations financières illégales pour pousser les opérateurs et constructeurs à préinstaller Google Search par défaut.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !