Android 4.0 Ice Cream Sandwich habite désormais 7,1% des terminaux

Date de dernière mise à jour : le 19 avril 2016 à 23 h 15 min

Android Juin 2012


Android 4.0 Ice Cream Sandwich peine encore à s’imposer tandis qu’Android 2.3 continue d’habiter la moitié des terminaux

Android Juin 2012

Comme c’est devenu une tradition chaque mois, Google délivrait ce week end, son dernier rapport de répartition des différentes versions d’Android. Et le premier constat qu’on peut établir à la lecture du graphique ci-dessus reste bien sur la faible présence d’Android 4.0 Ice Cream Sandwich.

Car si la dernière version d’Android peut se vanter d’être parvenu d’être passée de 4,9% à 7% en à peine un mois, son déploiement reste cependant plus lent que celui de la version précédente, l’an dernier, mais il faut dire que les constructeurs, en particulier, Sony sont loin d’y mettre du leur pour ce qui est des mises à jour.

Sa part pourrait néanmoins augmenter d’ici le mois prochain suite au récent lancement du Galaxy S3.

Android 2.3 Gingerbread qu’on retrouve sur 65% des terminaux se porte, pour sa part, on ne peut mieux et reste, par conséquent, une référence pour les développeurs.

Le recul se poursuit, quand à lui, du côté des versions précédentes avec 19,1% de présence pour Android 2.2 FroYo et 2,7% pour Android 3.0 Honeycomb, progressivement remplacé par Ice Cream Sandwich.

Enfin, les versions initiales d’Android représentent désormais moins de 1% du parc.

Reste donc désormais plus qu’à attendre l’arrivée d’Android 4.1 Jelly Bean qui pourrait se voir dévoilé à la fin du mois lors de la prochaine Google I/O soit en même temps que l’ASUS Nexus Tablet.

Retrouvez toute l’actualité de Google Android sur nos pages Facebook, Google+ et Twitter.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !

En connectant plusieurs smartphones via les réseaux mobiles, il est possible d’égaler la puissance d’un serveur. Dans le cadre du projet Ubispark, les chercheurs de l’université d’Helsinki comptent utiliser cette puissance par le biais d’une application Android pour effectuer des calculs de grande envergure et remplacer les data centers.

f83d24c63b62f3dc4372b8973ae6bc3d6666666666666666666666666666666