Amazon : intimidés, des ouvriers britanniques urinent dans des bouteilles pour tenir leurs objectifs

Maj. le 18 avril 2018 à 14 h 52 min

Amazon est forcé de se justifier après une enquête du tabloïde britannique The Sun : le reporter James Bloodworth a découvert les cadences infernales de la firme dans un entrepôt britannique. Trop éloignés de toilettes, de nombreux salariés préfèrent uriner dans des bouteilles plutôt que de prendre des pauses auxquelles ils ont pourtant droit. Problème corollaire, ils évitent également de boire ce qui augmente les risques de déshydratation. 

amazon entrepot

The Sun a mené une enquête qui fait froid dans le dos dans un entrepôt Amazon situé à Staffordshire (Grande Bretagne). On y découvre des conditions impitoyables, avec notamment une anecdote : la pression des managers serait telle dans cet entrepôt, que les ouvriers craignent d’être réprimandés si ils prennent leur pause de 30 minutes au cours de la journée. Du coup si les toilettes sont trop loin, certains préfèrent carrément uriner dans une bouteille que d’aller aux toilettes. « Les gens urinaient dans des bouteilles car ils vivaient dans la peur de subir des sanctions disciplinaires à cause de leur ‘temps de repos’ et donc perdre leur emploi simplement parce qu’ils avaient besoin d’aller au petit coin », explique James Bloodworth.

Amazon : des salariés britanniques racontent qu’ils urinent dans des bouteilles par peur d’aller aux toilettes

Le problème ne serait pas anecdotique. Selon un sondage du site Organise basé sur les réponses de 241 travailleurs dans le monde et repris par The Inquirer 74% des employés Amazon auraient peur d’aller aux toilettes.  55% des répondants auraient déjà souffert de dépression, le même pourcentage estime avoir été traité de façon injuste par la hiérarchie et 81% affirment qu’ils ne répondront jamais à une autre offre d’emploi d’Amazon. Le reportage du Sun révèle que les objectifs insoutenables sont monnaie courante. Selon le journaliste, la tendance dans cet entrepôt britannique serait même de ne tout simplement pas boire pour ne pas aller aux toilettes. Un comportement qui expose potentiellement ces manutentionnaires à la déshydratation.

Une pétition a été transmise à Amazon pour demander à la firme d’assouplir les objectifs et de permettre que chaque employé puisse prendre leur pause de 30 minute sans tenter d’intimider les salariés. Amazon explique de son côté « ne pas reconnaître » les résultats de l’enquête comme étant « un portrait fidèle des activités qui ont lieu dans cet entrepôt ». Et ajoute : « Amazon fournit un environnement sûr et positif pout des milliers de personnes à travers le Royaume-Uni avec un salaire compétitif et des avantages dès le premier jour ». En France rien n’indique néanmoins pour l’instant que des méthodes semblables de management musclé sont utilisées.

Réagissez à cet article !
  • jejemc

    Pisser donc sur le boss perso je ne me générais pas ;)

  • ouiss-ks

    Ils ont tout intérêt à faire attention alors à l’ouverture de l’enorme entrepôt qui arrive à Brétigny sur orge

    • Kris Rage

      il faut mettre des WC à tous les points cardinaux épicétou !

  • Xavier

    Nullement surpris ! Tous ces « genres » d’entrepôt fonctionnent comme cela ! Lidl , c’est bien fait épinglé dernièrement ! Un scandale !

  • aRmata

    c’est comme ça qu’on fait de l’argent dans ce monde

  • Noxyd

    C’est donc officiel : Amazon s’attaque désormais au monopole historique des routiers !!!
    Scandaleux…

  • Comme cela est précisé à plusieurs reprises dans l’article, il s’agit d’une enquête du Sun dans un entrepôt en Grande-Bretagne. Cela ne présage pas des pratiques de la firme ailleurs dans le monde.

    • Ludovic Carceles

      Je travaille également à Amazon et la force d’Amazon est d’avoir ces pratiques standardisés dans le monde. Je veux bien qu’il y ait des petites différences mais au niveau du respect des pauses et surtout des associés tout est uniformisé dans le respect des lois locales

      • Ki

        Vous venez de le dire :) « Dans le respect des lois locales »

  • Bruno Giuffre

    ce que tu ne sais pas c’est que oui tu peux y aller peut etre comme tu veux, mais lorsque tuv seras étudié pour tes perfs, et ce meme si tu n’es pas en retard, le simple fait d’avoir 5 ou 6 trous par jours dans ton suivi, te coutera cher, ton renouvellement !

  • Zulius

    C’est un seul entrepôt en grande Bretagne ! Les managers qui font du zèle y’en a partout. T’a la « chance » d’avoir des managers qui ne te mettent pas la pression, peux être aussi en raison de ton âge. C’est plus facile de mettre la pression sur les objectifs avec les jeunes que les moins jeunes.

  • Ki

    À noter, que les loi sur le licenciement en GB sont différentes. Ce genre de pression est donc plus « simple » à appliquer.

  • Lemoussaillon

    Merci de votre retour en tout cas. Ce qui est certain, c’est que la législation du travail est autrement plus souple au Royaume-Uni qu’en France, malgré les dernières réformes.

    Je pense qu’il doit avoir aussi une différence de pression réelle ou ressentie pour les salariés en CDI et les intérimaires. Ayant bossé en tant que conseiller clientèle d’abord en intérim puis après en CDI, j’ai bien senti la différence. C’est d’ailleurs davantage une pression qu’on s’en que celle des supérieurs.

  • Michel Chatelet Dubois

    Les esclavagistes des temps modernes. Comment vous croyez qu’il est devenu milliardaire Jeff Bezos ??? Dire que la dernière fois il postait une question sur son tweeter comment dépenser son argent? Et bien j’ai une idée paye mieux tes employés qu’ils puissent aller pisser tranquillement plutôt que de développer des bracelets pour les surveiller comme des chiens voir si ils font bien leur boulot à des cadences infernales.

  • RyseSorel

    Fautt arrêter de taper sur Amazon particulièrement.
    Pour avoir bossé dans différents entrepôts, c’est comme ça partout.

    Le top de mes anecdotes:
    Un chef qui fonce a travers les allées sur son fenwick, une collèggue qui passe devant en faisant son boulot, le transpalette rempli de cartons de verre.
    Le chef envoi voler la palette, litérallementt pulvérisée. « Ah ben merde tu aurais pût faire gaffe!!! ça sera retenue sur ta paye ! (vu la paye elle a dût devoir des sous à la boite a mon avis) » Elle s’est mise à pleurer et indigner je suis aller protester « Tu l’as ferme ou tu te casses » Okay ben je me suis cassé…
    Et à l’agence d’intérim c’était souvent remonté pour ce chef mais personne fait rien…

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !