Airbnb : Paris demande que la loi s’applique sur l’ensemble de ses 20 arrondissements

Maj. le 21 novembre 2017 à 17 h 01 min

Airbnb a décidé de limiter à 120 par an le nombre de jours pendant lesquels les utilisateurs pourront proposer leur logement sur la plateforme dès le 1er janvier 2018. Pour l’instant la mesure est exclusive à quatre arrondissements du centre de Paris, ce qui a fait réagir la mairie avec véhémence. Elle rappelle que la capitale compte en vingt arrondissements et demande que la Loi y soit appliquée de la même manière. 

airbnb

Airbnb part-t-il vraiment en guerre contre les abus dans le centre de Paris ? De nombreux propriétaires et agences proposent en effet leur logement sur la plateforme au-delà des limites fixées par la Loi. Ceux qui ont recours à Airbnb profitent de ce système pour tirer parfois davantage de revenus que ne le permettrait un loyer, sans les contraintes liées à un contrat de bail. Les propriétaires du centre-ville parisien peuvent compter sur la forte affluence touristique pour s’assurer du succès de leur réservation.

Airbnb limite automatiquement les offres de propriétaires abusifs dans quatre arrondissements parisiens

Or, la Loi pour une République numérique adoptée en 2016, limitait déjà à 120 par an le nombre de jours pendant lesquels un propriétaire peut proposer son logement sur Airbnb. Une limite qui n’est pas toujours suivie, d’autant que les contrôles sont compliqués à mettre en oeuvre. La plateforme ne fait ainsi que plier face à la Loi, et partiellement : la limite ne concerne en effet que les arrondissements du centre-ville de Paris (Ier, IIe, IIIe et IVe). Les autres, et plus largement les autres agglomérations françaises restent exclues de cette limite.

De quoi faire bondir plusieurs responsables politiques comme Ian Brossat, adjoint PCF au Logement de la mairie de Paris : « C’est hallucinant […] Cela veut dire en creux que Airbnb n’appliquera pas la loi », explique-t-il au micro de l’AFP. L’édile plaide pour des sanctions visant Airbnb dans les endroits où la fameuse Loi de 2016 n’est pas appliquée par la plateforme. Mardi 21 novembre au micro de France Info Ian Brossard a insisté sur le côté partiel de la mesure prises par Airbnb : « Il se trouve qu’aux dernières nouvelles, à Paris il n’y a pas quatre arrondissements : il y en a vingt […] La loi s’applique partout. Et donc elle doit s’appliquer dans les vingts arrondissements de Paris. Il ne me semble pas exorbitant de demander à cette plateforme […] d’appliquer la loi sur tout le territoire parisien ».

De son côté, Airbnb se défend de toute tentative de temporiser. La plateforme motive ainsi sa décision dans un communiqué : « en tant qu’acteur responsable, [Airbnb] a décidé de mettre en place la limite automatique de la durée annuelle de location des logements dans le centre de Paris pour favoriser un tourisme responsable et durable« . Et d’ajouter que la décision a été prise dans un contexte de « pression touristique et commerciale » à cause de la pénurie de logements dans le centre ville. Et qu’elle vise à « favoriser un tourisme responsable et durable« .

Réagissez à cet article !
  • Spitfire

    La blague cette société de suceur de sang malgré leur idée de faire louer …

  • alchi

    Il suffit simplement que l’Etat réclame à airBNB la liste des propriétaires avec le nombre de jours de location. tous ceux qui dépassent, boom, amende (lourde amende). Il faut protéger ceux qui sont honnêtes (gîtes, hôtels) sinon autant détaxer toutes les locations en France !!

    • joe2x

      Exactement, le problème est que d’un coté, il y a les non taxés et de l’autre les taxés. Les gites et hotels ne sont pas sur un meme pied d’égalité et en effet soit on taxe tout le monde, soit on détaxe tout le monde, …. ou ce qui était prévu, on ne taxe pas tout le monde mais il ne faut qu’il en fasse leur business pour ne pas créer de la concurrence deloyale

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
5G : les premières antennes seront activées courant 2018

Sébastien Soriano, le président de l’Arcep vient d’annoncer que les premières antennes 5G seront activées dans une dizaine de sites au cours de l’année 2018. Découvrez le nom des premières villes concernées par cette phase de test.