1 salarié sur 5 serait prêt à céder ses mots de passe professionnels contre de l’argent

Date de dernière mise à jour : le 5 avril 2016 à 9 h 24 min

Vous le savez, les hackeurs regorgent de techniques pour parvenir à accéder aux données informatiques des entreprises, mais la défaillance de l’homme est le moyen le plus sûr pour y arriver. Une enquête mênée par SailPoint, nous rapporte qu’un employé sur cinq serait prêt à céder ses mots de passe professionnels contre de l’argent.

L’étude a été dirigée par l’organisme indépendant Vanson Bourne et porte sur 1000 personnes qui travaillent dans des structures de plus de 1000 salariés. Notons que l’enquête se base sur les Etats-Unis mais aussi des pays tels que l’Allemagne, les Pays-Bas et la France.

Les employés étaient issus de divers branches telles que les nouvelles technologies, l’énergie, la finance, la santé ou le secteur tertiaire. L’institut leur a demandé plusieurs choses et SailPoint a condensé leurs réponses. Et elles ne sont pas bonnes : 65 % des employés ont reconnu avoir recours à un seul mot de passe pour plusieurs applications.

Mais ce n’est pas tout : un salarié sur trois a déjà confié son mot de passe à un collègue de bureau et un sur cinq serait prêt à vendre ses codes confidentiels à un tiers. Assez paradoxalement, 85 % des sondés indiquent qu’elles seraient choquées si leur entreprise dévoilait leurs informations personnelles.

La théorie c’est bien, la pratique c’est mieux. 26 % des salariés ont reconnu avoir placé des informations sensibles dans le cloud avec la volonté de les transmettre en dehors de l’entreprise.

Nuançons ce propos car les directeurs des systèmes d’information (DSI) oublient parfois volontairement de supprimer le compte d’un employé, une fois que ce dernier a quitté l’entreprise.

Les Américains sont plus enclins à vendre ses mots de passe que les Français (27 contre 16%). Nous avions néanmoins vu que les Français partageaient plus facilement leurs mots de passe que leurs sous-vêtements.

Néanmoins, ils seraient enclins à les vendre pour 50 % d’entre eux contre une somme sous la barre des 1000 dollars, les Américains eux, ne seraient qu’à 40 % d’accord pour cette somme, les Allemands 45 % et les Anglais, champion toute catégorie, avec leurs 56 %.

En conclusion, nous pouvons dire que même si les employés tiennent à leur vie privée, en ces temps de crise, l’argent fait malheureusement bien vite oublier certains scrupules. Certaines entreprises comme Google et Apple militent d’ailleurs pour sa suppression.

 

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Rainandtears

    C’est même pas étonnant, tant l’argent dirige ce monde